[Science fiction ado] Les effets du hasard

les effets du hasard couvertureDystopie de Marie Leymarie
Syros 2016
A partir de 13 ans
204 p./ 14.50€ (papier); 10.99€ (numérique sans DRM)

 ★★★½☆ 

Yeux noisettes, cheveux bruns, QI de 117 ; Maïa est tout à fait ce que ses parents attendaient d’elle lorsqu’ils l’ont commandée 15 ans plus tôt. Sur un coup de tête, elle accepte un rendez-vous avec Anthony, un garçon aux yeux verts qui semble en savoir plus qu’elle. Quand se découvre amoureuse de lui, c’est la panique : que faire de cette maladie et des conséquences qui vont avec ?

Maladie d’amour

Dans cette dystopie, l’auteur installe un futur proche, sans doute en Occident, où les labos ont depuis longtemps remplacés la nature pour concevoir des enfants parfaits. On peut tout demander si on y met le prix, de la couleur des cheveux à l’intelligence. Un monde où les sentiments sont bridés et traités comme des maladies et où les ados sont géo localisables en permanence.

Jusqu’à sa rencontre fortuite avec Anthony, un garçon au QI supérieur au sien, Maia n’a jamais remis ce monde en question. L’attirance à la fois simple et forte qui naît entre les adolescents fait paniquer la jeune fille, persuadée qu’ils n’ont rien à faire ensemble, et que tout ce qu’elle éprouve la rend malade. Pourtant Anthony ne manifeste que l’envie de passer du temps avec elle et Maia n’a pas envie de prendre de Deluvio, ce cachet qui dissout l’amour…

Comme dans beaucoup de dystopies adolescentes, le problème sociétal vient des adultes qui se sont laissés submerger par une peur irrationnelle et tentent de la juguler à coup de science et d’interdits. Mais cette fois, on touche à un fait à la fois intime et universel : la vie peut-elle être vécue sans souffrance ni déception ni amour ?

Sous couvert de créer des enfants parfaits tant physiquement que psychologiquement, afin de satisfaire les aspirations des parents, le monde dans lequel vit Maia tait des réalités de façon hallucinante. Maia ignore non seulement comment sont faits naturellement les bébés, mais trouve paradoxalement dégoûtante l’existence de donneurs (de gamètes) dont elle est pourtant issue. Les adultes autour d’elle et de ses camarades agissent comme si leur progéniture était un investissement fiable et sans défaut dès la naissance, au détriment de ses besoins éventuels, au point de se montrer cruels.

« je n’ai pas payé si cher pour avoir une imbécile »

Peu à peu, un sentiment d’oppression envahit non seulement la narratrice, mais aussi le lecteur, menaçant de les submerger. On se demande comment Maia va se dépêtrer de ses nouveaux sentiments, si naturels, dans une société qui les rejettent par peur de souffrir. Ses confrontations avec cette réalité sont maladroites, malaisées et pourtant nécessaires pour mieux comprendre et accepter ses sentiments envers Anthony mais aussi tous ses proches.

Il est très étrange de lire une dystopie où un ado ne sauve pas LE monde mais SON monde. Maia n’est pas taillée pour remettre en cause ou bouleverser cette société trop ancrée dans son déni sentimental. Le travail qu’elle fait sur elle-même, en dépit des adultes qui tentent de la brider ou de la droguer pour l’empêcher de tomber amoureuse ou simplement de vivre autrement, quitte à souffrir un peu, est tout personnel, et rares sont les grandes personnes voir les camarades de son age qui lui tendront la main pour l’aider à avancer. Il y en a, mais leur présence est diffuse, tout comme les réponses sibyllines qu’ils apportent à une adolescente perdue.

Les effets du hasard, c’est tout simplement la vie d’une ado incomprise par des adultes, des adultes encore plus obtus que ceux de maintenant et qui enterrent leurs peurs sous des éprouvettes. C’est un roman étrange, à la fois fort et délicat à appréhender tant il aborde de sujets tournant autour de la vie et des sentiments. Cette abondance peut être dérangeante, surtout ramenée à un petit bout de fille comme Maia qui doit tout gérer toute seule. Mais cela en fait un livre passionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *