[Roman jeunesse] Pollyanna

Couverture PollyannaRoman de Eleanor H. Porter
Traduit par Élisabeth Luc
Zethel, 2016
253 p./ 14.90€ (papier) – 9.90€ (PDF)
A partir de 10 ans

 ★★★★☆ 

Suite au décès de son père, Pollyanna Whittier va vivre chez sa tante Polly. Mais l’acariâtre dame ne s’attendait pas à recevoir une enfant pleine d’énergie et d’optimisme. Peu à peu, Pollyanna devient la coqueluche de la petite ville, apprivoisant jusqu’à ses plus revêches habitants.

Le jeu du bonheur

J’ai deux souvenirs liés à Pollyanna : l’adaptation en anime (dont on attend toujours la deuxième partie en DVD, hein AB Vidéo ?), et le téléfilm avec Keshia Knight Pulliam et Phylicia Rashad , a.k.a Rudy et Clair Huxtable dans le Cosby Show. Autant vous dire que j’ai passé d’excellents moments devant ma télé et que le livre, je l’attendais avec impatience, parce que jusqu’à présent, je n’en trouvais pas de potables.

Pollyanna version anime japonais

Pollyanna version anime japonais. Trop mignon

Pollyanna version téléfilm. Ce truc roxait

Pollyanna version téléfilm. Ce truc roxait

Je suis ravie d’avoir pu lire ce classique de la littérature anglo-saxonne, pour lequel mon petit coeur tout mou (oui j’en ai un !) a fondu d-s les premières pages.

Qui dit Pollyanna dit bonne humeur. Communicative la bonne humeur. Malgré les circonstances qui l’amènent à vivre chez sa tante, la très honorable et très sévère Miss Polly Harrington, la fillette ne perd presque jamais le sourire. En effet, avec son père, elle a conçu le « jeu du bonheur » qui consiste à se réjouir de tout, même des choses difficiles.. Mais puisque sa tante ne veut pas entendre parler du père de Pollyanna et assume le fait de l’élever « par devoir », elle ne saura pas comment la petite fille réussira à s’attacher l’amitié des habitants de la ville.

En effet, au fil de ses promenades et rencontres, elle va croiser divers personnages dont le point commun est de ne pas être heureux. Mrs Snow, insatisfaite, Mr Pendelton, un vieil homme aigri qui vit seul dans une vaste maison… Grace à son innocence et un sens de la persuasion tout personnel, elle va les amené à s’ouvrir au monde extérieur.

Directement ou indirectement, elle va changer la petite bourgade morose. Certains pourront trouver son coté volubile et intrusif très agaçants, mais que voulez-vous, c’est une petite fille de 11 ans dont la gentillesse et l’imagination n’ont pas de limites. Cependant, sa bonne humeur ne parvient pas toujours à atteindre son but, ou avec retard, sa tante Polly étant la plus rétive à ce traitement qui la change de sa routine sévère. Et cet optimiste sera mis à rude éprouve le jour où Pollyanna aura un très grave accident qui la coupe de ses amis et de ses objectifs.

Ça a été un vrai retour en enfance, entre le style de l’auteur, forcément « à l’ancienne », avec énormément de dialogues prompte à mettre en scène les lubies et les rires de Pollyanna, et des situations que nous ne verrions probablement pas aujourd’hui. Aaaah rendez-moi mon innocence et mon regard d’enfant.

Pollyanna a connu des suite, toutes n’ayant pas été écrites par son auteur originale. La plus connue est Pollyanna grandit, et j’avoue que je suis très curieuse de la lire également, lui et les cinq ou six romans qui suivent.

En attendant, je vous recommande vraiment la lecture de ce classique qui met de bonne humeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *