[Roman jeunesse] Aimé

Couverture de AiméPremier roman de Claire Clément
Illustré par Benjamin Strickler
48 p./7€

 ★★★★☆ 

A sa naissance, Aimé a reçu ce prénom car sa maman lui a dit qu’il était l’enfant de l’amour. Mais dans sa nouvelle école, maman n’est pas là est les moquerie vont bon train, surtout de la part de Prudence et Olive.

Je crie ton nom

Voila un sujet qui devrait parler à pas d’enfants et de parents : le prénom et ses conséquences tout au long de l’existence. Je n’ai pas peur de dire que ce livre est d’utilité publique pour certaines personnes.

Aimé adore quand sa maman lui dit pourquoi elle lui a choisi ce prénom. Même si son papa n’est plus là, il se sent apprécié et heureux. Mais impossible de faire comprendre ça à Prudence et Olive, qui ne cessent de se moquer de lui, au point de lui attirer des ennuis à l’école. Aimé sent qu’un nuage noir de mauvaise humeur envahit sa tête et ne sait comment s’en débarrasser, jusqu’à ce qu’il déballe tout, à bout de nerfs.

C’est grâce à sa très patiente maman qu’il a l’idée d’expliquer à la classe d’où vient son prénom. La maîtresse va alors suggérer aux enfants de demander à leurs parents d’où viennent leurs propres patronymes. Et il va y avoir des surprises. Les prénoms ont des histoires, parfois loufoques, souvent ancrés dans la famille. Certains enfants ne ressemblent pas à leurs prénoms et d’autres les détestent carrément.

Le texte est simple et fait aisément comprendre comment un enfant réagit dans cette situation. Aimé s’aime comme il est mais ne comprend pas qu’on puisse se moquer de lui, après tout, ce n’est pas lui qui a choisi. Il essaie de passer outre mais ça n’améliore pas sa situation, et il ne sait pas s’il peut expliquer sans blesser ou apitoyer les adultes ; bref il est perdu. Il lui faudra un peu de courage et d’attention pour affronter cette difficulté et s’en sortir apaisé.

Difficile pour moi de ne pas penser à mes amis auteurs qui galèrent parfois à chercher un prénom à leurs personnage, mais aussi à la Ligue des Officiers d’état civil, qui recense tous les prénoms les plus improbables que les mamounes et les papounes donnent à leurs enfants, parfois en dépit du bon sens le plus élémentaire. Et encore, même si l’idée m’a traversé l’esprit, la maman d’Aimé n’exerce pas de pression involontaire sur son fils à cause de son prénom.

Aimé est une lecture touchante et très juste, qui rappelle combien connaitre son histoire est important et permet d’avoir confiance en soi en toute circonstance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *