[Roman jeunesse] L’enfant mitrailleuse

 

Couverture l'enfant mitrailleuseRoman de Fabien Fernandez
Oskar (court métrage) 2016
64 p. / 6€
A partir de 11 ans

 ★★★½☆ 

Grâce aux graines qu’il a semé, Planteur a fait germé des centaines de coquelicots dans les village qu’il a traversé. Jusqu’au jour où il se réveille dans un lieu étrange où on ne lui demande rien d’autre que d’être lui-même et d’abandonner ce qu’on a voulu qu’il soit. Mais qui est-il vraiment ?

Éclosion

J’aime beaucoup la collection Court métrage d’Oskar éditions. Même si les textes qu’on y trouve ne sont pas toujours égaux en qualité, ils ont le mérite d’ouvrir le débat et d’aborder de façon intéressante des sujets de société; en évitant le paternaliste et le ton moralisateur.

Fabien Fernandez nous fait entrer dans la vie d’un jeune adolescent dont on ne sait qu’une chose ; il a été enfant-soldat et suite à la déroute de son unité, il s’est retrouvé dans un centre de rééducation pour pour enfants victimes de guerre.

Quelle guerre ? Peu importe. Où ? Sans doute en Afrique, allez savoir. Depuis qu’il a été embarqué dans cette histoire, Planteur a perdu son identifié, la notion du temps, et du nombre de ses victimes. A force de drogue et d’endoctrinement, il a dirigé des hommes et des femmes aussi violents que lui. Sa réinsertion s’annonce lente et difficile, faite de crises de manque et d’angoisse.

Avec pudeur mais sans concéder quoi que ce soit aux difficultés de son personnages, l’auteur nous fait entrevoir l’horreur, mais aussi la rédemption et la reconquête de soi ; grâce au médecin qui le suit, mais aussi grâce à la lecture (faut vraiment que je lise des Fleurs pour Algernon moi), l’adolescent abandonne la violence et la haine, au profit de l’entraide et d’une identité retrouvée. Le fait que personne ou presque ne lui reproche ses actes passés aide certainement beaucoup.

Comme il s’agit d’une nouvelle, un sentiment de facilité se dégage, le héros suivant le « parcours idéal » qui résoudra à son problème. Mais le texte ouvre tellement de portes à la réflexion et au débat qu’on oublie vite cette impression.

Je recommande vivement l‘Enfant mitrailleuse, qui m’a ouvert l’esprit sur des problématiques que je n’aurai pas tout de suite associées aux enfants-soldats et dont la fin m’a fait sourire à cause de l’espoir qu’elle a suscité en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *