Witchcraft Works tome 1

witchcraft-worksShonen manga de Ryu Mizunagi

Kana 2014

6 tomes en cours au Japon

 192 p./ 6.85 €

 ★★☆☆☆ 

Honoka Takayami est un lycéen comme les autres. Il croise tous les jours Ayaka Kagary, la star de l’école, mais n’a pas l’occasion de lui parler. Jusqu’au jour où il est agressé par une fille aux oreilles de lapins et que Kagari le sauve de justesse, révélant ainsi sa vraie nature de sorcière des flammes.

Pas ensorcelant

Je suis sortie un peu mitigée par la lecture de ce manga. Il est à la fois intéressant et décevant, c’est une impression assez particulière.

J’ai apprécié qu’il casse un code, à savoir que c’est Ayaka qui vole au secours du héros. Bien que dotée d’une plastique avantageuse (et sur laquelle le mangaka ne s’attarde pas tant que ça), elle arbore un air sérieux en permanence et ne sourit jamais. De fait, elle semble indifférente au fait d’avoir été désignée comme princesse du lycée (effet kiss cool : toute personne s’approchant d’elle finit tabassée dans les règles) et ne cherche pas à se mettre en avant.

Takayami est un jeune homme qui ne cherche pas les ennuis. Il souhaiterait sans doute sympathiser avec Ayaka, mais la foule enntourant la princesse l’en dissuade. Quand la situation vire au fantastique, il a du mal à percuter.Parfois je me suis dit qu’il se comportait comme une héroïne de shojo…

Le scénario s’oriente donc vers une classique lutte de pouvoir entre les Sorcières des Ateliers, protectrices du monde, et les Sorcières de la Tour, amatrices de chaos, avec un personnage lambda propulsé au rang de carte maîtresse. Ça aurait pu être intéressant à suivre, mais il manque ce petit quelque chose aux personnages pour les rendre attachants. De même, les blagues potaches de l’auteur ne prennent pas toujours, malgré des double-sens assez savoureux (lorsque les sorcières des Tours expliquent au héros qu’elles convoitent « la matière blanche que contient son ventre »…  ), ou des trips pseudos-SM menés par Ayaka en personne.

Bref Witchcraft Works manque de piquant. Il  des idées mais peine à les mettre en place et c’est bien dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *