[Une photo quelques mots] #2 Filature ensommeillée

 

Ma seconde participation à l’atelier d’écriture de Bric à BookUne photo, quelques mots. Le principe : écrire un texte à partir d’une photo. Pas de genre ou de style imposé, l’important c’est d’écrire.

Je n’ai pas été super inspirée u_u, j’espère que j’aurai plus de chance la prochaine fois 🙂

Filature ensommeillée

– Oh tu m’écoutes ?

– Oui, oui…

Il réprima son envie de lui faire entendre le contraire dans son micro. Les muscles de sa mâchoire se contactèrent violemment, et il inspira lentement par le nez, repoussant la sensation d’engourdissement au fin fond de lui.

La valise bringuebalait à ses pieds et il la retient d’une main affaiblie par la fatigue. Dans son oreillette, le flot de paroles avait repris.

– Bon, tu ne la perds pas hein ! Tu es sûr que c’est la bonne au moins ?

– T’es drôle toi, comment tu veux que je sois sûr ?

– Soit sérieux !

– Tu aurais du demander ça à quelqu’un de plus compétent.

Et de moins crevé.

Ça bougeait dans le sub-express. Un arrêt important, une gare sans doute, il n’en savait rien. Il se redressa, suivant des yeux les allers et venues des passagers anonymes. De nouveau, il dut réprimer son envie dans un grognement rauque.

– Ne la perds pas j’ai dit ! Je sais que tu t’en fous mais tu me dois bien ça !

– On aurait pu faire ça correctement, croassa t-il. Genre demain. Les choses seront les mêmes demain.

– Dis pas de conneries ! Cette fois ce sera la bonne, le grand soir je te dis !

– Tu vas faire quoi ? Sortir le grand jeu ?

Un son suggestif fut la seule réponse qu’il obtint. Le manque évident de sommeil avait endormi son intérêt pour les promesses sous-entendues. Secouant la tête, il croisa brièvement le regard d’une femme coiffée d’un foulard. Son visage portait une sale balafre. Détournant les yeux, il se passa les mains sur le visage.

Mauvaise idée…

Le bâillement survint, irrépressible cette fois, lui laissant juste le temps de lever la main, par politesse pour sa voisine. Mais impossible de réprimer la grande respiration, le son satisfait qui s’échappa de sa gorge ni les larmes au coin de ses yeux alors qu’il se laissait aller contre le siège, enfin détendu.

– J’y crois pas ! Tu ne vas pas me faire ça ! PAS CE SOIR !

– Tu sais quoi ? Tu prends ma place. J’en ai marre de tes filatures à la noix pour savoir si tu sors avec la bonne jumelle .

– Pour savoir si elle ne me trompe pas !

– Pas mon problème, lâcha t-il dans un nouveau bâillement avant de couper la communication.

Filer les gens quand on était épuisé comme lui, ça ne servait à rien. N’importe quel bon détective le savait…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *