[Ma vie de bib] Les choses qui peuvent énerver un bibliothécaire #1

En dix ans et des bouquins, j’en ai vu passer des gens et connu des situations plus ou moins marrantes et/ou agaçantes. Voici un petit florilège que j’ai renoncé à classer par ordre d’importance. Quand ça arrive, c’est toujours aussi énervant !

Jean Luc Picard, capitaine du vaisseau Enterprise se passe une main sur le visage

Oui je sais Jean-Luc…

Bonjour en option

Ça passe quand c’est un enfant timide, qui vous regarde avec ses grands yeux alors qu’il a placé en vous tous ses espoirs d’avoir le dernier tome de la Cabane magique. Ça passe moins quand le gamin se prend pour le caïd des étagères en mode wesh yo t’es ma pote m’dame la bib. Ça ne passe pas du tout quand c’est un adulte (qui s’attend à tout le respect que sa royale personne mérite) qui vous regarde de haut parce que la politesse est une option réservée aux deux catégories déjà citées

Réaction : Dire « bonjour » jusqu’à ce que l’autre comprenne qu’il doive répondre la même chose, hurler merci et au revoir pour le même résultat.

Les ninjas du livre vraiment abîmé.

‘Tention je ne parle pas de l’usure naturelle d’un objet, mais de sa rencontre avec une substance liquide (bain, mer, café, thé), ou pâteuse (confiture, nutella), ou avec vos doigts gras ou ceux des bambins si prompts à tout transformer en charpie ou à découper les images pour l’exposé sur les tigres à rendre demain. Dans ces cas-là, vous allez lâchement rendre le document planqué dans un tas avec les autres. Et vous la jouerez mauvaise foi en affirmant sur la tête du petit dernier que vous l’avez emprunté dans cet état !

Réaction : Tais-toi et va racheter le livre (en plus poli mais l’idée est là).

Gossip Mums

Vous les mamans, vous adorez papoter. Ne hurlez pas au cliché ; raconter la gastro de Mattéo ou les bonnes notes de Shayma fait intégralement partie de votre sociabilisation avec autrui… pendant que vos gamins courent et hurlent partout. Vos réactions vont de « chut » à « la dame va te gronder » (la dame c’est moi), en passant par le regard appuyé vers « la dame » (toujours moi), les menaces, la fessée en public et le tirage d’enfant sur le lino en hurlant plus fort que lui que vous ne l’emmènerez plus jamais nul part parce qu’il est insupportable. Entre temps le bibliothécaire rêve de hache aiguisée et de scotch tout en sachant que s’il prend la décision d’engueuler le mini-moi, il s’expose à subir les cris outragés d’une mère blessée dans sa chair.

Réaction : de « aucune, tu te démerdes ce sont tes mômes » à « OK, je vais l’engueuler, mais si tu la joues « chair de ma chair » je ne te raterai pas ».

Franchement, vous ne devriez pas avoir ça chez vous.

De temps en temps, j’en croise, des gens qui viennent me voir, l’air choqués, outrés que l’on achète tel ou tel genre d’ouvrage et qu’on le mette à la libre disposition. Un album sur les monstres ? Waw mais ça fait trop peur pour mon petit Timothée (qui regarde le livre avec des yeux qui crient « je le veux, je le VEUX ») ! 50 nuances de Grey ? Ce n’est pas de la littérature ça Mâdâme ! Ce n’est même pas de la lecture ! Des mangas ? Oh mon dieu quelle horreur ! Et je ne parle pas des sujets compliqués comme les albums sur les abus sexuels ou la mort. Il faudrait cacher tout ça, ce n’est pas très sain, pas très moral ma bonne dame…

Réaction : Rappelez à notre moralisateur en chef qu’il n’est pas tout seul sur Terre et encore moins dans la bibliothèque et que l’ORTF n’existe plus depuis belle lurette.

Vous en voulez encore ? Dites-le moi dans les commentaires et racontez-moi aussi vos petites ou grandes anecdotes de bibliothèques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *