[Fantastique] Aliette Renoir. Tome 1 : La secte d’Abbadon

Couverture Alette Renoir

Roman fantastique de Cécilia Correia
Rebelle éditions (lune de sang)
Septembre 2012
304 p./ 18 €
 

 ★★★★☆ 

 coeur
 

Pas de bol pour Aliette : le vampire qu’elle traquait pour le compte de sa famille de chasseurs l’a mordue et transformée ! La voila obligée de le suivre pour se faire à sa nouvelle condition. Dans le Paris occupé, ça va jaser sévère !

La Môme a les crocs

Et encore un gros coup de coeur ! Déjà que l’auteur est une crème, son livre est juste génial et prenant.

Paris, 1940. La capitale est occupée par les Allemands, mais ce n’est pas le souci d’Aliette.  Appartenir à la famille Renoir lui permet de chasser le vampire autant qu’elle le veut avec son père et son frère. Mais, suite à une maladresse fatale, la voilà obligée de vivre en compagnie de Lawrence, un Américain canaille et mignon, accessoirement son « créateur » et Sytry, ambassadeur de la nation vampire qui squatte le sous-sol de la ville lumière.

Et ça tombe bien (ou pas), car ces évènements coïncident avec les Bacchanales la grande fête (orgiaque) organisée par Abbadon, roi des vampires. Ce qui permettra à Aliette d’en apprendre plus sur la race qu’elle chasse, mais aussi sur son passé.

Ce récit décoiffe, j’en ressors toute ébouriffée ! Grâce notamment à un vocabulaire fleuri que n’aurait pas renié Edith Piaf ou Arletty.  L’argot de l’époque rend l’action encore plus trépidante et cocasse, et je n’ai aucun mal à me représenter les scènes, les expressions sont certes d’époque, mais assez imagées pour tout comprendre.  Ça sent Montmartre et les cabarets, c’est assez marrant.

Arletty dans Hôtel du Nord

« Atmosphère, atmosphère… Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »

Les personnages sont attachants au possible. Aliette bien sûr avec ses phobies et sa façon aussi pragmatique qu’hystérique d’appréhender les évènements, mais aussi Lawrence et Sytry, les deux hommes qui vont l’entraîner dans ce monde et essayer de l’y intégrer. Evidemment  le triangle amoureux sera de sortie, mais pour le moment, les choses ne sont pas si marquées, Aliette a fait un choix mais a aussi d’autres préoccupations… Et puis on sent que ces messieurs ont des secrets qui impliquent la jeune fille plus intimement qu’elle ne le croit. Et ne parlons pas de la famille Renoir et ses placards pleins de squelettes !

J’ai apprécié le style déluré et le scénario bien ficelé. J’ai été parfois déroutée car certains évènements qui pouvaient servir à la tension du récit sont rapidement résolus, mais il y a tant à apprendre et à voir qu’on comprend le choix de l’auteur de ne pas s’attarder sur tout. Il n’y a pas de temps mort, et on se laisse porter au point d’en oublier le temps qui passe. J’ai frissonné jusqu’à la fin et je me réjouis de l’épilogue.

J’ai donc passé un très bon moment, j’ai eu mal aux côtes tellement j’ai ri – Aliette et les bestioles, ça reste impayable – et j’ai hâte d’avoir la suite de ses aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *