[Conte] [Challenge] La Belle au bois dormant

Le challenge ‘la face cachée de Disney » (LFCD) implique de lire toute ou partie de l’oeuvre littéraire qui a inspiré le célèbre studio pour ses moyens et longs métrages. Plus de renseignements ici.

Une jeune princesse est bénie par les fées de son royaume. Toutes les fées sauf une, qui condamne l’enfant à peine née à mourir en se piquant le doigt à la pointe d’un fuseau. La prophétie est cependant modifiée de sorte que la princesse se réveille dans cent ans grâce à son futur époux.

L’ellipse et la danse

La Belle au bois dormant est le 20ème long métrage des studios Disney. Inspiré des comtes de Perrault et des frères Grimm, il prend également de grandes libertés avec ces derniers afin de rallonger l’histoire et la rendre accessible au public de l’époque. La réalisation de ce long métrage était risquée car Walt Disney avait déjà réalisé Blanche Neige et Cendrillon. Une troisième Princesse risquait de rendre les choses un peu redondantes, il fallait donc faire quelque chose d’exceptionnel.

Des contes au film

Les contes de Perrault (Contes de Ma Mère l’Oye) et de Grimm ont déjà des différences entre eux. Voici les plus notables :

  • 7 fées (+1) dans le conte de Perrault et 12 (+1) dans celui de Grimm.
  • Le conte de Perrault comporte une partie supplémentaire. Après avoir éveillé la princesse, le prince l’épouse mais cache cette union à ses parents pendant deux ans. En effet, il redoute sa mère, en partie ogresse. La belle-mère va d’ailleurs tout faire pour dévorer la femme et ses enfants, Aurore et Jour.

Pour le reste tout y est semblable, la bénédiction des fées, la malédiction de la fée non invitée (ou fée Carabosse) et la modification du sortilège, les immenses qualités de la princesse et enfin l’accomplissement du sort, avec moult détails.

La Belle au bois dormant serait par ailleurs inspiré d’une histoire bien plus ancienne, dans laquelle le prince met sa future femme enceinte (ou la viole) avant de la réveiller. Un peu glauque. Anne Rice a d’ailleurs repris cet axe pour le début sa trilogie Les infortunes de la Belle au bois dormant, une version érotico-SM de l’histoire (et oui, on y revient encore ces derniers temps).

Quand Disney s’en mêle

Maléfique

Les différences avec les histoires originales sont flagrantes :

  • La princesse a un nom, Aurore (qui était celui de sa fille dans le conte de Perrault).
  • Elle a trois fées pour marraines, elles aussi nommées (Flora, Pâquerette et Pimprenelle) et une mauvaise fée en la personne de Maléfique.
  • Contrairement au conte, Aurore vit à l’extérieur du château jusqu’à ses 16 ans, elle ne sait donc rien de ses origines royales.
  • Le prince a lui aussi un nom, et passe du rôle d’accessoire à celui du sauveur de la belle. Philippe, déjà fiancé à Aurore avant de la connaitre va combattre pour lever le sort.
  • Maléfique, contrairement à Carabosse, garde un oeil sur sa malédiction. C’est d’ailleurs elle qui crée la forêt de ronces entourant le château et non la dernière fée qui a modifié le sortilège après son passage à la naissance de la princesse.

Mais la différence la plus notable est la gestion des cent ans de sommeil. En effet, Disney se permet une pirouette magistrale en occultant tout simplement ce détail. Pimprenelle a bien confirmé qu’Aurore dormirait un siècle, mais il est évident que Philippe lève le sort. Normalement, il aurait du s’agir au mieux de l’un de ses descendants, ou d’un prince totalement différent. Une situation peu concevable pour le studio qui avait déjà fait de Aurore et Philippe un couple.

Réinterprétation musicale

Tous les amateurs de ballets connaissent Marius Petipa, l’un des pères fondateurs de la danse classique. Il a notamment monté la Belle au bois dormant, en s’appuyant sur la musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Le livret (la composition du ballet) reprend l’histoire en trois actes :

  • Acte 1 : la princesse est bénie par les fées puis maudite par Carabosse, le sort est modifié par la Fée des Lilas. Aurore se pique néanmoins au fuseau et s’endort pour cent ans avec sa cour. Carabosse savoir sa victoire.
  • Acte 2 : cent ans plus tard, le prince Désiré se perd dans les bois et à une vision d’Aurore. Il supplie la Fée des Lilas de la mener à elle. Il passe la forêt de ronces et réveille la princesse.
  • Acte 3 : la fête de mariage bat son plein, la noblesse danse ainsi que des personnages issus de contes de fées comme le Chaperon rouge, Cendrillon ou l’Oiseau bleu.

Si certains thèmes ont gardé leur utilisation originale (Le royaume d’Aurore, le thème de la princesse) d’autres ont été détournés. On peu citer le pas de deux du Chat Botté et de la Chatte blanche, devenu le thème de Maléfique dans le film de Disney.

C’est ainsi qu’une bonne part de la musique du compositeur russe se retrouve dans le film, réinterprétée avec le même esprit.

Kingdom Hearts !

Fan absolue de ce cross-over entre les univers de Square Enix (Final Fantasy) et Disney, je ne pouvais pas ne pas parler des apparitions qu’y fait la terrible Maléfique. Dans ce jeu d’action-RPG, Sora, le héros croise la route de la sorcière qui dirige un groupe de méchants de l’univers Disney). Maléfique capture une à une les Princesses de Coeur – dont Aurore – afin d’ouvrir les portes de Kingdom Hearts, le royaume des ténèbres qui lui donnera le pouvoir de tout dominer.

Dans les faits, Maléfique est manipulée par plus fort qu’elle et, rongée par ses propres ténèbres, elle se changera en dragon (HORRIBLEMENT difficile à battre… comment ça, ça sent le vécu). Vaincue, elle fera néanmoins sa réapparition dans Kingdom Hearts 2, avec la ferme intention de rattraper le retard. A cette occasion, elle agira d’une façon inattendue.

Je dois dire que Maléfique est l’un de mes personnages préférés. Charismatique grâce à sa voix à la fois posée pleine de malfaisance, mais aussi grâce à sa stature. Elle est grande, vêtue de noir, belle malgré son teint et ses traits marqués par le pouvoir des ténèbres. Une vraie Reine noire comme je les aime !

Pour finir

Comme pour Blanche Neige, la Belle au bois dormant est une allégorie du rôle de la femme de l’époque. Elle se doit d’être vertueuse, patiente et surtout passive. De son enfance, heureuse mais surveillée, à l’âge adulte, grâce à son époux, qui saura trouvé la voie pour l’atteindre, en passant par l’adolescence et l’apparition du cycle menstruel (symbolisé par le fuseau et le sang qui coule). Le prince n’a au final qu’une part infime à jouer dans l’histoire. Disney a au final changé cet aspect pour en faire une lutte du Bien contre le Mal.

La Belle au bois dormant est un dessin animé que j’apprécie. J’aime son côté gothique et romantique, son allure old school et les chansons. Et évidemment, on ne peut pas finir cet article sans rappeler que Disney a trouvé là l’un de ses nouveaux symboles, grâce au château de Neuschwanstein dont se sont inspirés les dessinateurs pour créer le château du film. Après, oui, on peut criser parce que bon, Aurore est pas bien futée et que Philippe se la joue amoureux transi dès qu’il la voit, mais ‘est encore mignon.

Références

  • Les contes de Ma mère l’Oye, Charles Perrault
  • Les contes des frères Grimm
  • Wikipedia (always by my side)
  • Les infortunes de la Belle au bois dormant, par Anne Rice. 3 volumes. Pocket 1999
  • Kingdom Hearts 1 et 2. PS2 Disney Interactive/Square Enix. 2002-2005

La Belle au bois dormant

Conte écrit par Charles Perrault et les Frères Grimm

Film d’animation réalisé par Wolfgang Reitherman, Eric Larson, Clyde Geromini…

Buena Vista Pictures, 1959

1h15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *