[Erotique] Monster sex. Short Story 6 : I fucked the invisible man

Propriétaire d’un hôtel, Cybil vient de se faire  braquer la caisse – et sa bague de fiançailles – par un homme recouvert de bandages. C’est peu rassurée qu’elle retrouve sa chambre, ses draps et… des sensations étranges.

Cerveau invisible

Vous savez, régulièrement, on a ces études qui nous tombent dessus, expliquant que les femmes ne devraient pas lire de romances érotiques parce qu’elles les induisent en erreur sur la taille du sexe de ces messieurs, le nombre et l’intensité des orgasmes pendant un acte, la durée etc, etc… mais ces études ne tiennent pas compte de deux paramètres importants ; est ce que le mec avec qui sort ces lectrices est un gentil ou un salaud fini ? Et est ce que la fille est intelligente, ou tellement bête qu’elle est frustrée de sa relation ?

Prenons Cybil. Une femme à priori pas bête, puisque gérante d’un hôtel qui a du succès, notamment parce qu’il serait hanté et que ne pas démentir ces rumeurs rapportent du cash. Raisonnement sensé. Mais ça s’arrête là, parce qu’elle sort avec Roger, et que Roger, non seulement ne cherche pas à savoir comment elle va (elle vient de se faire BRAQUER quand même), mais annule son rendez-vous avec elle pour aller à une autre fête. Et tout ce que pense Cybil c’est « oh mon dieu, Roger va être furieux, j’ai donné la bague de fiançailles au gars qui pointait son arme sur moi ».

Arrivé à ce point de l’histoire, on se dit « toute femme sensée  mérite mieux ».

Cybil n’est pas une femme sensée. Parce que quand, dans la solitude de sa chambre, elle se déshabille, sa robe soupire. Et elle répond à sa robe. Jolie figure de style, mais pour avoir sorti une robe exprès de mon placard pour tenter le coup, ben ça marche pas :D.

Donc notre amie dort en tenue d’Eve (ou si peu)… et sent qu’on la touche à des endroits peu appropriés (périphrase quand tu nous tiens).  A titre personnel, et malgré le piquant de la chose, je me serai barrée de mon lit en courant pour ne plus y retourner, et ce, même si ça avait été mon petit ami… Et surtout quand mon petit ami N’A PAS la clé de la chambre que j’ai fermé A DOUBLE TOUR ! Et je n’aurai pas accepté qu’une voix, appartenant à un corps que je ne vois pas me dise de me rallonger pour recommencer ses mamours. Et que j’obéisse.

On se calme… Enfin moi, pas Cybil, parce que pour elle, c’est le grand 8 qui commence avec son « ghost lover ». Ben oui, elle croit dur comme fer que c’est un des fantômes de l’hôtel qui lui fait du bien « mieux que Roger ». Ah on va en entendre parler du petit ami goujat parce que Cybil ne va pas arrêter de le comparer à ce mec qu’elle ne voit pas mais qui a tout en mieux, la manière et le matériel.

Quand elle réalise que c’est son voleur, elle va tout faire pour essayer de le revoir. Quelque part je la comprend, à défaut d’avoir le mec idéal, elle a au moins l’amant…

Mais pour le reste, je crois bien que c’est l’héroïne de nouvelle érotique la plus lente à la détente – et donc agaçante – que j’ai jamais vu. Elle percute sur tout avec trois bons wagons de retard, ça gâche un peu tout. Je sais bien qu’elle a pas besoin du Nobel, mais quand même…

Et puis, imaginer cette femme touchée par un homme invisible… Si je me mets à la place d’un spectateur extérieur c’est… *s’en va en hurlant d’horreur*

*revient donner la note et les références, puis repart en hurlant*

***

Pour faire court : I fucked the invisible man with my invisible brain

Pour qui ? A un cerveau, mais pas trop quand même

 ★☆☆☆☆ 

Monster sex. Short Story 6 : I fucked the invisible man

Nouvelle érotico-monstrueuse de Delilah Fawkes

Livre numérique en anglais

3 US$ environs / 11 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *