[Roman] Le parfum de la pluie

Quand une nouvelle élève débarque dans son lycée, Ikuo n’a qu’un objectif : la conquérir. Mais Nina l’Américaine ne se laisse pas facilement aborder. Rapidement, les relations entre les deux adolescents deviennent tendues. Une guéguerre qui va avoir des répercussions inattendues.

Concentré de Japon

J’ai reçu ce livre grâce à Rachel Berthelot que je remercie beaucoup.

Ceci dit, soit ma modeste culture générale sur le Japon m’a joué des tours, soit je suis devenue extrêmement difficile dès qu’il s’agit du pays du soleil levant (livre ou mangas). Parce que je n’ai pas été totalement convaincue par cette aventure en milieu scolaire.

Sans être chatouilleuse sur la localisation d’un livre, je me demande encore si c’était une bonne idée de placer l’action au Japon. Car ce qui peut être une trame de départ correcte, en l’occurrence, l’arrivée d’une nouvelle en provenance des Etats-Unis, Nina,  et sa confrontation houleuse avec Ikuo, le héros et aussi le dragueur de l’école, prend des allures de scénario de shojo manga (bande dessinée pour filles). S’il n’y avait que ça, je ne l’aurai sans doute pas remarqué, mais le fait est que la série de ressorts typiques des péripéties lycéennes continue : Nina colle un râteau à Ikuo qui se venge bassement, s’en suivent des rumeurs qui mènent tout droit aux harcèlements (ijime) de la jeune Américaine par ses camarades de classe, le tout dans une école ou le lycéen est un loup pour le lycéen. Et on n’a pas dépassé le tiers du livre…

Une telle concentration de ressorts narratifs pour débuter une histoire qui se passe au Japon, pour moi c’est un peu louche. Je soupçonne l’auteur de beaucoup aimer les mangas (mais c’est une bonne maladie quand même). C’est un point qui a tendance à s’atténuer même s’il ne disparaît pas entièrement (à mes yeux en tout cas).

Nina et Ikuo, les personnages principaux sont intéressants à suivre. Agaçants au départ à cause de leurs caractères respectifs – elle est une princesse de glace arrogante mais douée dans ces études, lui est un coureur invétéré, un peu dilettante – ils deviennent plus attachants au fil de l’histoire, notamment grâce à l’arrivée de Risa, véritable moteur de l’histoire. D’elle, je peux simplement dire que la vie n’a pas été tendre pour elle (et continue à ne pas l’être) mais sa façon d’être fait d’elle une jeune fille attachante qu’on a envie de câliner pour la réconforter. Le fait qu’elle « cumule » les malheurs rend l’inimitié de Nina et Ikuo bien secondaires et les confrontent à leurs propres passés et situations familiales qui ne sont pas aussi clean qu’on le pense en les rencontrant.

Le style de l’auteur est simple et clair, très fluide. Honnêtement, ça se lit tout seul et je me suis surprise à bien rire à certaines tournures de phrases et situations décrites. Quelques petits bémols cependant, quelques répétitions notamment sur le statut de « nouvelle » et d' »américaine » de Nina, et sur l’emploi de certains termes japonais qui sont pourtant traduisibles en français – même si je suppose que c’est pour une meilleure immersion du lecteur. Et en parlant d’immersion, j’émets une réserve sur le chapitre 16, le seul à être rédigé à la première personne. Et enfin, même si on n’a pas de mal à se situer dans les lieux, des descriptions plus fines, afin de poser l’histoire et les actes, auraient été bienvenues.

Au final, malgré des débuts difficiles, j’ai bien aimé lire cette histoire qui s’adresse vraiment aux adolescents, avec des problématiques qui peuvent les toucher (l’amour, les sentiments, les mensonges, les non-dits, les relations avec les parents). Même si on peut deviner certaines résolutions d’actions, la façon dont elles sont amenées est assez touchante (je crois bien que j’ai pleuré, ben oui, on dirait pas comme ça, mais j’ai un cœur en shamallow). Certains risquent de trouver ma note sévère ou bizarre, mais je pense qu’elle reflète assez bien mon ressenti. Le parfum de la pluie et son auteur, Liu Tenshi, ont un potentiel qui mérite de mûrir, d’être encore travaillé et surtout soutenu afin de réellement pouvoir atteindre sa cible.

Le site de l’auteur est .

Pour faire court : romance lycéenne

Pour qui ? Adolescents à partir de 14 ans

Si je veux la suite ? Je vais méditer ça

 ★★½☆☆ 

Le parfum de la pluie

Roman de Liu Tenshi

2012 (en recherche d’éditeur)

305 p. / 11 € (papier, chez lulu.com) 4.12 € (ebook)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *