[Manga] [Fantastique] Lost Paradise. Tome 1

Sora intègre Utopia, une école isolée, réservée à l’élite. Cette jeune fille délurée et combattive va vite se rendre compte que le sort réservé aux filles de l’école n’a rien d’enviable. En effet, grâce à un jeu virtuel en vogue dans l’école, les garçons peuvent se servir d’elles comme « armes ». Décidée à défendre les filles contre les mauvais traitements qu’elles subissent, et bien qu’elle n’en ait pas le droit, Sora intègre le jeu et bouscule les règles.

Machisme ambiant

Ce titre traite d’une façon assez particulière le rapport filles/garçons, et les brimades (ijime) à l’école. En effet, Utopia a été fondée sur le principe que les filles sont inférieures aux garçons (les fondateurs seraient des misogynes en puissance). Le jeu virtuel mis en place dans l’école réduit encore les filles à l’état d’objets qu’on se passe de mains en mains, selon que l’on gagne ou perde un duel. Les « armes » enfermées dans leur corps (armes blanches ou armes à feu) déterminent leur valeur.

Une situation absurde qui va révolter Sora, l’héroïne de ce titre. Jeune fille fonceuse, mais pas très réfléchie, sa ligne de conduite est « d’agir comme un chevalier au service de sa dame », elle n’hésite pas à en venir aux mains pour faire valoir son point de vue et soustraire une à une ses camarades féminines à cette mascarade en les « gagnant » en duel contre des garçons. Pour l’instant, on ne sait pas pourquoi elle est la seule fille à pouvoir se lancer dans le jeu. Les élèves masculins, notamment le conseil des élèves la considèrent comme un bug du système et vont tout faire pour l’éliminer. Une ambiance typiquement shonen, avec cette idée de harem féminin et d’acquisition de puissance pour avancer dans l’action.

Utena et Anthy

Dans sa trame générale, ce titre m’a pas mal rappelé Shojo Kakumei Utena (Utena la fille révolutionnaire . Sur le même principe, Utena pour défendre une jeune fille objet des convoitise du conseil des élèves, s’engage dans des duels à l’épée pour la protéger.

Même s’il peut choquer par sa violence latente, ces messieurs étant déterminer à montrer au filles « les splendeurs du corps masculin » , Lost Paradise est un bon titre. Basé sur la déformation des apparences, la psychologie adolescente en milieu scolaire et un bon équilibre entre le fantastique et la réalité, il séduira autant les filles que les garçons. Surtout, il démontrera qu’une situation établie et admise par tous peut être révolutionnée. Mais le chemin est encore long.

Pour faire court : Take my girl revolution

Pouur qui ? Adolescent, à partir de 13 ans

Si je veux la suite ? Oui, ça me plait pas mal

 ★★★½☆ 

Loste Paradise. Tome 1

Série en 6 tomes, terminée au Japon

manga écrit et dessiné par Toru Naomira

Ki-oon (shonen) 2012

180 p./ 7.65 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>