[Ma vie de bib] Laissez-moi partir !

Etre bibliothécaire a quelques avantages : des livres à foison, un contact privilégié avec des gens gentils et qui assez souvent, partagent les mêmes centres d’intérêt que vous. Il y a ceci dit une contrainte dont vous devrez tenir compte si vous voulez vous engagez dans cette voix. Les horaires.

A moins de travailler dans une bibliothèque d’entreprise, vous ne ferez pas un classique 9h-17h. Eh oui, votre particularité sera de bosser encore quand d’autres auront fini. Pour rendre service au public, une bibliothèque a souvent des heures d’ouvertures étendues.

Dites-vous bien une chose. Pour un utilisateur habitué des lieux vous ne fermerez jamais assez tard ! Entre les étudiants,, les seniors qui vivent seuls et les bons-pensants qui affirment que les fonctionnaires sont payés à se tourner les pouces (pour rester poli), il y en aura forcément un pour vous reprocher de le mettre dehors trop tôt. Avoir une vie après le boulot, ce n’es pas son problème.

Certains, en toute bonne foi, ont oublié. Distraits ou tout simplement très à l’aise dans les lieux, ils auraient voulu ne pas partir quad on leur dit d’une voix suave de revenir demain.

D’autres sont en revanche d’une mauvaise foi confinant à la paire de baffes bien méritée. Affirmer que la bibliothèque ferme à 19h30 depuis l’an dernier alors que ça fait onze ans que les horaires n’ont pas changé, c’est assez fort pour que je me demande si les gens croient qu’une affirmation va réaliser leurs souhaits.

Et il y a les conscients.

Conscients que quoi qu’ils fassent, ils savent qu’ils sont venus vous casser les pieds (toujours en restant poli).

Je ne parle pas de celui qui, dix minutes avant la fermeture, va être pris d’une envie irrépressible de lecture et va arriver alors que vous êtes déjà en mode « départ ». Lui, on le reconnait à son air un rien paniqué qui dit ‘qu’est ce que je vais lire ! Pourvu que je trouve quelque chose ! ».

Je parle de celui qui tout en profitant de votre existence, vous fait bien comprendre qu’il vous déteste, vous et tous ceux de votre espèce. La raison de cette haine ?

  • Vous avez un boulot et pas lui.
  • Vous avez un boulot « de rêve » et pas lui. Qu’il soit chômeur ou pas ne change rien, votre activité consiste à lire, discuter, enregistrer des livres. Le reste n’existe pas.
  • Vous êtes un fonctionnaire (et pas lui), avec tous les clichés (dans lesquels je ne me reconnais pas) vraiment) sur la corporation, glandeur, trop (bien) payé pour (soi disant) peu de temps de travail (politesse, toujours).

Et ceux là se font une spécialité de revenir plusieurs fois par semaine. Qu’ils restent longtemps ou pas ne change rien, l’important est de vous empêcher de fermer ! Qu’ils soient agressifs ou mielleux, qu’ils veuillent vous faire croire que vous avez une importance ou pas, le résultat est le même : leur volonté à vous pourrir la vie n’a d’égale que votre envie de les voir déguerpir.

Oui mais elle ferme à quelle heure la bibliothèque ?

Est ce que les portes doivent être fermées à l’heure dite ou est ce qu’un adhérent peut attendre l’heure pile pour se décider à partir ? Vaste sujet qui je le crains ne sera jamais clairement tranché. Songez que de toute façon, vous ne quitterez jamais vraiment les lieux en même temps que vos lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *