[Beuglante] Pirat-rage de dents

Toutes les raisons sont bonnes pour pirater. Les livres coûtent chers. L’envie de tester avant d’acheter, pour savoir si on aime. L’idée de ne pas dépenser un centime pour un loisir… Les internautes ont tous leurs raisons.

Sur internet, les gens se sont organisés. Sur Facebook, on trouve des groupes comme ebooks-gratuits. Vous allez me dire que c’est con que je cite son nom. Soit je lui fait de la pub, soit je le fais supprimer si un éditeur passe par là. C’est un risque, je l’assume.

Certains diraient que c’est comme « prêter un livre ». Je ne suis pas d’accord, à part au travail, je ne prête pas de livres à de parfaits inconnus, surtout en sachant qu’ils ne me les rendront pas.

Je ne m’en serai pas occupée si je n’y avais pas vu ça.

J’adore Marika, c’est une amie chère. Accessoirement, j’adore sa façon de répondre, il y a un truc smart là-dedans, presque détaché.

Malgré tout, ça ne me fait pas très plaisir. Passé le sourire, j’étais très perplexe. Certes, puisqu’on cherche son livre, ça veut dire qu’il intrigue et qu’il peut plaire. 6 € en numérique sans DRM, 8 en papier, ce n’est pas vraiment la ruine, par rapport à d’autres éditeurs.

Ce groupe sur Facebook n’est pas le seul sur lequel on demande le livre de Marika, et elle n’est pas la seule à faire des réponses smart, tranquilles et détachées. Le piratage existe et existera toujours, inutile de s’énerver encore dessus.  Mais ça me perturbe un peu de la trouver ailleurs que sur les étagères – virtuelles ou réelles – d’un libraire ou d’un lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *