[Roman feuilleton] [Fantasy] La compagnie des Bras Cassés. Épisodes 1 et 2

Une bande de héros improbable, une taverne, un homme en capuche noire… ça va mal finir, je le sens…

A l’aventure compagnons !

Vous savez quel est le drame de Twitter ? On y rencontre des gens intéressants. Comme Nicolas B. Wulf.

A défaut d’avoir lu son dernier bébé Par delà l’océan (mais on m’en a dit tellement de bien que bon, il est dans une de mes trop nombreuses wish-lists), je suis avec une certaine délectation la réécriture de La Larme noire. Comprenez-moi ; les auteurs français qui partagent cette partie un peu difficile (et pas toujours assumée) de leur travail ne sont pas légion. Quand ils le font avec l’humour et le sens de l’auto-critique qui sied à l’exercice, ça tient de la perle rare (en tout cas dans ma tweet list).

Donc j’aime beaucoup Nicolas B. Wulf. Et j’aime beaucoup la petite série qu’il publie sur son blog depuis hier, la Compagnie des Bras Cassés.

Composée de quatre héros parfaitement assortis (un paladin pleutre, un barde borgne que ne renierait pas Assuranstourix, un magicien sourd-muet et un voleur attardé), cette glorieuse compagnie a déjà commis de hauts faits dignes de devenir des légendes… si toutes ces histoires étaient vraies ! Leur seul talent connu est de savoir déclencher une bagarre avec 100% de réussite et de la fuir…

Ça vous rappelle des choses ? Oui forcément, chaque grande saga de fantasy à son groupe de héros manqués. Mais si ces héros là ont finalement réussi quelque chose, je doute qu’une compagnie aussi mal partie parvienne se tirer vivante de ce qui l’attend. Et vu que c’est un feuilleton, là je suis en plein cliffhanger, à me demander à quelle sauce l’auteur va les bouffer.

En tout cas ça m’a bien fait rire, et beaucoup sourire en imaginant les dégaines de ces garçons et leurs problèmes. Les touches d’humour sont omniprésentes grâce à un narrateur qui prend rapidement sa place, comme une voix-off très contente de raconter l’action. Il y a eu des fois où j’ai douté de la concordance des temps mais ça se lit si bien que ça n’a pas du tant me gêner.

Au collège, j’ai appris que les « grands » avaient quasi tous publiés leurs livres sous forme de feuilleton dans des journaux, avant qu’ils ne deviennent des ouvrages complets. Je trouvais l’exercice assez flippant du haut de mes 14 ans, parce que ça impliquait à mes yeux l’obligation d’avoir toujours quelque chose de neuf à dire dans chaque chapitre sous peine de désintéresser le public. Pourtant c’est avec un certain plaisir que je vais suivre cette compagnie des Bras Cassés dans ses aventures… enfin si elle survit… parce que là, l’épisode deux… je donne pas cher de leur peau…

Pour faire court : La vie d’aventurier

Pour qui ? Tous ceux qui ont de l’humour

Si je veux la suite ? Tu rigoles ? Je l’ai mis dans mon flux RSS là !

La compagnie des Bras Cassés

Fantasy-feuilleton de Nicolas B. Wulf

Miraculeusement retrouvée dans les entrailles de Dragon Disque Dur

Lisible (avec plein d’autres choses) sur le site de Nicolas B. Wulf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *