Une pensée de Noël

24 décembre à la bubliothèque.

C’est moi qui suis chargée de raconter les histoires pour l’heure du conte des tout-petits. Je n’étais, je l’avoue, pas très motivée, mais j’avais tout préparé : contes diapo, chansons, livres à toucher, bonnet à pompom. Tout n’était pas autour de Noel, je n’avais pas envie d’embrouiller de si jeunes esprits qui croient encore durs comme fer au gros bonhomme en rouge, en leur racontant trop d’histoires différentes. Ca commençait à 10h30.

Personne.

Pas un chat. Alors que d’habitude, la salle du conte est pleine de mamans et d’enfants. Je remballe mes histoires, mes chansons. Pas mon bonnet de Mère Noël, lui je l’aime bien, je vais le garder pour la journée.

Plusieurs pensées se bousculent dans mon esprit, un peu déçu déçu :

  • C’est logique, le 24 on pense plus à faire ses préparatifs qu’à venir à la bibliothèque
  • Les gens sont au centre commercial à côté
  • Mais tout de même, les livres de Noël installés sur le présentoire ne sortent pas..

Je me demande à quoi il a servi de me lever ce matin, précisément alors que pour une fois, moi aussi, j’aimerai être ailleurs. J’ai ma réponse : le service public.

Je me demande où sont les gens : plus occupés à consommer qu’à partager un pett moment, une petite demi-heure d’histoire. Rassurez-vous, je ne vous servirai pas le couplet sur cette fête qui pousse à acheter des trucs. Ceux qui font ça, sont un rien hypocrites. Selon moi ce sont des gens qui s’attendent à avoir un cadeau tout en jurant qu’on ne les y reprendra plus. Et puis quand tout sera prêt, ils auront sûrement le temps de partager.

Alors que reste-t-il ? Les livres de Noël sagement installés sur leurs présentoires et qui resteront seuls ce week end ? Oui, je trouve ça triste. Est ce qu’il n’y aura plus rien à partager, après un repas dont o se plaindra ifinalement qu’il a couté horriblement cher et des paquets éparpillés partout ?

Alors ce soir, je vais faire une chose que j’ai toujours souhaité faire, même si ma famille trouvera ça bizarre et que contrairement à moi, elle snobe l’esprit de Noël et se disant « c’est pas pour moi ». Je vais prendre un livre, et raconter une histoire. Ce sera mon cadeau, un instant de partage avec mes neveux et nièces sur les genoux.

Il y a beaucoup de choses qu’on oublie à Noël. Une bonne histoire ne s’oublie jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *