L’étoile d’Elnakin. Tome 1 : le dragon du fleuve

Ce livre fait partie du challenge Jeunesse-YA

Panvor, viille idéale. Les gens y sont jeunes, beaux, et suivent scrupuleusement la tendance dictée par la mode et les caprices des puissants. Morgane et Louna sont les filles de Salome et Victor Telegomos, les personnes les  plus en vue de la ville. Par défi,  Morgane enfreint la rêgle qui lui interdit de porter des vêtements de couleurs. Dénoncée, elle est envoyée à la Réserve, de l’autre côté des hauts murs de Panvor. Louna part à sa recherche, dans un monde à la fois hostile et très différent de ce qu’on leur en a décrit.

 Inhumaine humanité

Dans ce livre de science-fiction, Morgane et Louna vivent dans une cité idéale, aussi technologiquement avancée que lisse. Les enfants naissent dans des couveuses, qui leur inoculent très tôt un programme d »estinés à les rendre dociles et à ne pas remettre en cause ce qu’on leur enseigne, entre autres choses. Des rêgles de vie strictes ont été instaurées, comme les vêtements imposés, qui marquent les différents âges de la vie. Ainsi, Morgane, 13 ans, est dans l’äges Blanc : ses habits lui interdisent toutect physique, même avec ses parents.

Morgane, 13 ans, et Louna, 6 ans semblent échapper à ce lavage de cerveau. Dotées d’un caractère fort, Morgane n’a pas d’amis car elle ne comprend pas les enfants de son âge, alors que Louna ne supporte pas les vêtements et reste collée à sa soeur. Leurs parents sont des personnages distants. Victor Telegomos, magnat des affaires que ses tours solaires ne cessent de préoccuper, et sa femme Salomé, qui emploie toute son énergie à être la femme la plus en vue de Panvor ; l’instinct maternel n’est pas son domaine. Jusqu’à ce qu’elle soit dénoncée pour avoir porté une robe verte, interdite à son âge, Morgane vivait comme une privilégiée.

La découverte du monde, au delà des murs de la cité, est une expérience à la fois terrifiante et fascinante pour les deux soeurs, séparés. Mais elles s’adaptet assez vite, surtout Louna. L’auteur rend fidèlement les impressions et les sentiments des personnages. Les enjeux, bien plus énormes que Morgane, et même son père, ne peuvent le supposer, sont distillés avec soin, et les méchants de l’histoire, si on les identifie assez vite, n’en paraissent que plus cruels. Les personnages entrainés dans cette folie n’en deviennetnt que plus attachants et humains. Car c’est bien d’humanité dont il s’agit. Panvor, dont le système de société absurde emprisonne ses habitants dans des peurs irrationnelles : ils ont peur de tout, de la pollution aux microbes en passant par les animaux, même les plus inoffensifs, à celle, plus dangereuse de ne pas contrôler les pensées des autres. Les restrictions qui en découlent sont chaque jour plus folles et pluns dénuées d’humanité..

L’histoire se pare de références à notre monde comme la Belle au bois dormant, si bien que je me suis demandé si cette histoire ne se passait pas sur une Terre loin dans le futur. Le conte est d’ailleurs une partie de l’énigme planant autour de la ville…

Récit débridé et sensible, l’étoile d’Elnakin est une bonne approche de la science fiction pour les plus jeunes. Au délà de l’aspect exotique, sette histoire soulève de nombreuses question et offre de suivre deux héroïnes peu communes. Une très bonne lecture.

Pour faire court : Voir au délà du bout de son nez

Pour qui ? A partir de 11 ans.

Si je veux la suite ? Bien sûr

 ★★★½☆ 

L’étoile d’Elnakin. Tome 1 : le dragon du fleuve.

Florence Hinckel

Oskar (fantasy) 2010

219 p. / 14.95 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *