Le blog de la Belle

Belle vit avec son père et ses soeurs à Park Avenue, Manathan. Lors d’une soirée au très select club Cocteau, elle croise un homme qui porte un masque d’argent sur le visage. Depuis ce jour, il se passe des choses étranges dans sa vie. Obligée de déménager suite à un revers de fortune de son père, Belle essaie de comprendre ce qui la lie à l’homme du club. Et tout cela, elle le raconte sur son blog.

Internet c’est le MAL !

Ce livre est la pire déception de la sélection que j’avais pris à lire. Et la preuve en 275 pages que n’importe quel adolescent, même un peu intelligent ne devrait pas ouvrir un blog. Voire avoir accès au net.

Belle – on ne connaitra jamais son vrai prénom – est une jeune fille qui connait sa chance de vivre dans un quartier huppé, assez pour que papa ne les autorise pas, elles et ses soeurs, à se rendre en soiré autrement qu’en limousine de location. Elle sait qu’elle est mignonne mais contrairement à ses fashionistas de soeurs, elle préfère la lecture et les activités que les jeunes branchés quaklifieraient d' »intello » : par extension, tenir un blog lui semble une bonne idée. Après avoir dépeint sa vie dans la bonne société et la jeunesse dorée new-yorkaise – en toute modestie, bien entendue – la voila embarquée dans une histoire de fou.

Je doute que l’auteure ait jamais entendu parler des règles les plus élémentaires pour la bonne tenue d’un blog, en toute sécurité. Sans quoi elle n’aurai jamais opté pour cette solution pour sa narration. L’idée aurait pu être bonne, mais dans le fond, on a à faire à un bête roman écrit à la première personne. l’héroïne y inscrit même les dialogues et s’épanche sans complexes. De fait, ses billets sont en fait de simples chapitres, on en oublie même de regarder les dates et heures d’envoi. Belle est assez bête (haha) pour divulguer des choses sur elle qui pourrait servir ses adversaires ou tout simplement des personnes mal intentionnées qu’elle pourrait rencontrer IRL (dans la vraie vie). Elle dit tout ce qu’elle fait, livre tous les secrets sur la toile. Ceux qui commentent ses posts sont des personnages somme toute banals et assez stéréotypés, même lorsqu’on les recontre pour de vrai.

L’histoire se veut une relecture de La Belle et la Bête de Madame Jeanne-Marie Leprince de Beaumont. Marie Temple en reprend les grands axes – les deux soeurs un peu jalouses, le père ruiné – en y associant des éléments plus contemporains – père divorcé d’une femme vénale, internet, night club.  Elle va jusqu’à donner le nom de Beaumont à son héros difforme, qui, sous son masque argenté, dirige le club portant le nom de celui qui aura réalisé l’une des meilleurs adaptations du livre au cinéma, Jean Cocteau. Mais l’hommage s’arrête là, car le livre n’est qu’une suite de incohérences. Beaumont est comme tous les héros de ce type, torturé, désireux d’agir, inconscient des risques et éperduement décidé à veiller sur Belle.

Rien de transcendant sous le soleil pour la psychologie des personnages donc. Belle est jjuste assez intelligente pour se sortir de situations dans lesquelles elle s’est fourrée, et Beaumont juste assez ténébreux (et moche) pour assurer le clash avec sa dulcinée. Le problème ne vient donc pas d’eux. Mais de leur adversaire.

Entité indéfinie et dangeureuse, le Mal est partout. Comme d’habitude. Et l’auteur lui a trouvé une origine toute trouvé : le 11 Septebmdre. L’apparence hideuse de Beaumont ? Des substances chimiques pendant la gueurre d’Irak. L’hôte du Mal sur Terre ? Un ancien du Koweït. Je vous épargne les remarques assez pathétiques sur le choc causé par les attentats sur les tours du World Trade Center. Voila une façon assez cruelle de vouloir méler le monde des contes de fées à notre réalité.

Je ne recommande vraiment pas d’acheter ce livre, même d’occasion. C’est une vraie déconvenue pour moi qui aime les contes détournés.

Pour faire court : Ne tenez pas de blog, même si vous êtes Belle

Pour qui ? Les ados. S’ils aiment perdre leur temps

 ½☆☆☆☆ 

Le blog de la Belle / Mary Temple

Mango 2011

350 p / 13.50 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *