La valeur ajoutée du papier : une dédicace

Aujourd’hui c’est le salon Science versus Fiction à Puteaux. J’en ai entendu parler cette semaine, et comme je devais aller sur Paris pour une autre dédicace… c’est sur mon chemin.

A cette occasion, je vais rencontrer une bonne amie pour la toute première fois. Isabelle Wenta, qui a écrit la Saga d’Orion. J’ai hâte, j’en trépigne déjà !  Depuis le temps qu’on délire sur MSN en regardant le catch à la télé….

Oui mais voila, ceux qui ont pris le temps de lire ma chronique savent que je l’ai lu sur ma liseuse. Ce qui implique un petit souci si je veux qu’Isa me mette une petite bafouille gentille. Comment je fais sans le support physique ?

J’ai quelques solutions ceci dit

  1. Ne pas y aller. Mouais, moyen, j’ai quand même promis.
  2. Investir dans un cahier de dédicaces pour tous les livres que j’achèterai au format Epub. Envisageable, mais je vais mettre du temps à le remplir, je dois rencontrer trois ou quatre auteurs par ans
  3. Racheter le livre. Huuuum… Ca commence à faire cher…

Pas évident ?

En soit, je remercie les éditeurs de me laisser le choix du numérique ou du papier (et de ne pas trop fourrer de DRM dans mes achats). C’est un peu comme quand on me laisse le choix de voir un film en 2D ou en 3D. Je n’ai pas besoin d’attendre des mois que l’éditeur se fasse des miches en or avec la version papier avant de daigner le sortir en numérique.  Cependant, me voila confrontée à un petit dilemme.

Je pense que je vais choisir l’option 3, parce que c’est un plaisir que d’avoir la signature de l’auteur sur la page de titre.  Cela rend les choses plus personnelles, un lien entre l’écrivain et son fan numéro 1.  Sans renier mon reader, j’aime quand même cet aspect des choses.

D’où l’idée bizarre du jour. Le pack Livre+epub.

On voit déjà l’idée pour les films. DVD+Blu Ray+possibilité de l’installer  sur un disque dur. Ce qui regroupe en une fois toutes les utilisations possibles d’un film à l’heure actuelle. Ça coute un peu plus cher  qu’une simple galette mais au moins on a le choix. Et si moi je voulais le choix ultime pour mes livres, à savoir l’avoir ET sur papier – au cas où j’aurai la joie de rencontrer l’auteur ou tout bêtement pour pouvoir le prêter – ET en format numérique ? Certains diront que c’est contre nature (c’est l’un ou l’autre, pas les deux) voire contre productif, mais personnellement, çça me parait être une piste à explorer.Par exemple sous la forme d’un code à récupérer sur le site de l’éditeur, pour débloquer le téléchargement du livre.

Ça m’éviterait de m’arracher les cheveux quand je vais voir mes amis à un salon 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *