Un jour

Au lendemain de leur remise de diplome, après avoir passé la nuit ensemble, Emma et Dexter décident de rester amis. Commence une relation de 20 ans, entre complcité et sentiments refoulés. Lui, dispersé et volontiers coureur, elle, complexée et cherchant une vie réglée vont se tourner autour, se manquer, se détester sans savoir s’il vous un jour s’aimer.

La couverture originale

Un jour c’est l’adaptation du livre de David Nicholls, qui a d’ailleurs été réédité aux couleurs du film. Vértiable coup de coeur pour Belladouce qui l’a recommandé à tout le monde sur Twitter. Bella ayant bon goùt, j’y suis allée les yeux fermés… et sans rien lire d’autre que le résumé, pour ne pas me laisser influencer. J’aurai du, ne serait-ce que pour la partie où j’aurai eu besoin de mouchoirs…

Le film se déroule comme une remontée dans le temps. Après une répide mise en situation, on repart le 15 juillet 1988, lors de la rencontre en Emma et Dexter. Elle veut devenir écrivain, lui n’a pas d’idées précises de sa vie, juste atteindre la célébrité. Rester amis est presque aussi naturel pour eux que d’exposer leurs rêves. De là, ils se séparent, mais restent en contact par le téléphone, allié indispensable de leur vie commune et de leurs états d’âmes.

Le 15 juillet va prendre une signification particulière car c’est à cette date que tous les ans de 1988 à 2004, sera fait un point sur la vie de l’un et de l’autre. Des vies aux trajectoires différentes. Alors que Em’ ne décolle pas dans sa carrière d’écrivain et fait des nachos pour vivre, Dex mêne une vie trépidante d’animateur télé adulé par les femmes. Emma, complexée et peu confiante en elle s’impose des rêgles que Dexter n’a jamais songé à suivre, au grand dam de son entourage qui, au fur et à mesure que le temps passe, le voit se perdre et s’enfoncer dans les paradis artificiels. Leurs situations finit par s’inverser pourtant. Ils ne semblent jamais sur la même longueur d’onde, quant à la façon de mener leur barque.

Pourtant, ils seront toujours là l’un pour l’autre, s’encourageant, se remontant le moral. S’engueulant quand tel situation personnelle déplait à l’autre,, partageant la joie et les fous rires, sans pourtant jamais tout se dire. Jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’il peuvent être heureux…. jusqu’à la fin.

Un jour, c’est une histoire d’amour, d’aminitié, un hymne à l’existence. C’est une évocation poignnte de la fragilité de ce qu’on possède, sentiment comme êtres humains. Une invitation à prendre la vie comme elle vient, sans arrière pensée ni complexe. Tellement bouleversant que j’en ai pleuré, alors que je n’ai pas pleuré au cinéma depuis… oula… Là-haut et Titanic…. Donc n’oubliez pas un gros paquet de mouchoirs si vous allez le voir. Anne Hattaway est juste prodigieuse et juste dans son rôle (et les cheveux courts lui vont bien). Beau et bouleversant, il a la justesse nécessaire pour parler des aléas de l’existence (même si je n’aime pas la littérature contemporaine pour ça).

Allez voir Un jour, et foncez. Lisez Un jour et foncez.

L’étrange parallèle

Ceux qui sont allés au cinéma récemment ont certainement vu la pub pour les jeans Levis, où une belle voix grave d’homme réciite les vers de Les coeurs riants, de Charles Bulovski. La pub en elle même fait ddébat (doit-on ou non utiliser des oeuvres classiques connues et révèrées pour une publicité, doit-on utiliser les images des émeutes en Angleterre de cet été).  Personnellement, je me suis arrêté aux strophes récitées car je trouvais qu’ils rejoignaient assez bien le propos du film. Le long-métrage, comme la pub insiste sur le fait de profiter de sa vie, malgré tout, d’aller de l’avant, même s’il y aura des blessures.  Je vous met la vidéo ici (le poème, en anglais, et traduit).

Pour faire court  : L’amour avec un grand A

Pour qui ? Ceuc qui aiment la vie

 ★★★★☆ 

Un jour / Comédie dramatique de Lone Sherfig

SND

1h48

Sorti le 24 août

Vu le 29 août

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *