Transformers 3 : la face cachée de la Lune

Dans les années 60, les programmes spatiaux russes et américains n’avaient qu’un seul but : découvrir ce que le vaisseau extra-terrestre écrasé sur la Lune contenait. 50 ans plus tard, alors que les Autobots se sont intégrés à l’armée américaine, une mission les amène en Ukraine, sur le site de Tchernobyl, pour récupérer de la technologie alien que les Russes ont embarqués. Mais les Descepticons attaquent, semblant prêts à tout pour récupérer ce chargement. Pendant ce temps, Sam, qui a une nouvelle petite amie, se cherche un travail, regrettant le passé avec BubbleBee et Optimus Prime…

Envers et contre tout

J’ai vraiment pris mon temps pour aller le voir celui là. Pas par peur de la déception – un block buster étant ce qu’il est, il ne peut pas décevoir, à moins d’avoir parier que ce serait la perle oscarisable de l’année. Non, je n’ai juste pas eu le temps. Donc, c’est un mois et demi après la sortie que je quitte mon antre pour aller le voir. Et je dois dire que j’ai bien aimé.

La rumeur court déjà sur un quatrième volet, qui n’aurait sans doute jamais vu le jour sans le 3. Au secours diront certains, tant mieux pour les autres. Personnellement, je ne vais pas me prononcer, ou dire que ce qui s’annonce sera l’épisode de trop. Comme je l’ai dit, j’ai bien aimé ce que j’ai vu aujourd’hui.

Déjà, je l’ai trouvé plus cohérent que le deux, qui n’était qu’une débauche de robots (surtout de Descepticons) plus vilains les uns que les autres et une suite d’affrontement pas toujours logiques avec des armes sorties d’on ne sait où. D’ailleurs, je ne me rappelle même pas de l’histoire, ce qui n’est pas le cas du Transformers 1.

Bien sûr, je peux m’énerver à propos de Sam (Shia LeBoeuf) quii a l’air d’être sous acide tellement il brasse de vent et crie tout le temps, et sa petite amie Carly (Rosie Huntington-Whiteley), son allure de bimbo aux lèvres repulpées et sa capacités à courir en talons hauts dans une Chicago dévastée en poussant des cris telle la blonde princesse à sauver. Je peux faire ma crise à propos d’Optimus Prime, toujours bon à sortir des lieux communs assez moralisateurs pour qu’on croit qu’un scénariste de chez Disney a écrit ses lignes et à propos de Mégatron, de son arrogance et du fait qu’il soit le dernier à avoir percuté qu’il se fait voler la vedette par Sentinel Prime, le robot chargé de lui livrer le monde sur un plateau d’argent.

Je peux. D’ailleurs je l’ai fait.

Ce que je n’ai pas fait en revanche, c’est taper sur Michael Bay.

Certes il aime les effets spéciaux m’as-tu-vu, ambiance destruction massive avec un maximum de victimes – Pearl Harbor est là pour confirmer. Ce gars a du être comme un gosse à Noël quand on lui a montrer l’animation des robots et ce qu’il pourrait faire avec ces acteurs géants. Michael Bay a une idée précise de ce que pourrait être une guerre, et des dégâts qu’elle engendre. Il ne fait pas dans le détail, si un bâtiment doit être détruit, il le sera, même s’il s’agit du fleuron du patrimoine architectural américain comme la tour Trump ou le Capitole. Car après tout, c’est la guerre et quand on implique des êtres comme les Autobots et les Descepticons, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il fassent attention à la porcelaine quand ils se battent. Quand Bay met en scène, il va au bout de son idée, sans forcément employer de raccourcis même s’il n’emploie pas toujours les bons outils.

Alors oui, à l’instar de ses prédécesseurs, Transformers 3 n’a pas un grand scénario fouillé même s’il comportent des surprises intéressantes. Et il vaut mieux s’intéresser aux personnages secondaires, tant humains que robots, car certains d’entre eux sont vraiment drôles etattachants. Quoi qu’il en soit, le film remplit son rôle de divertissement à la perfection et je n’en demandais vraiment pas plus.

Pour faire court : une invasion de robots

Pour qui ? Ceux qui aiment les robots et les grosses explosions

Si je veux la suite ? Il parait que Jason Stattam sera dedans…

Tu l’as vu comment ? En VF et puis c’est tout.

 ★★★½☆ 

Transformers 3 : la face cachée de la Lune / Michael Bay

AvecShia LeBoeuf, Rosie Huntington-Whiteley…

Paramount 2011 / 2h35

Sorti le 24 juin 2011

Vu le 13 aout 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *