Mon rêve bizarre de la semaine (1)

Je fais des rêves sans queue ni tête parfois. Je ne dois pas ête la première, mais bon, les écrire ne me fera sans doute pas de mal (j’espère :p)

Alors…

J’étais en pyjama ‘je porte un combishort bleu). Il fait nuit mais clair.  Je crois que je traîne ma valise avec moi et que je porte un sac à dos dans lequel, j’en suis certaine, se trouve mon Iphone. Je longe une maison bordée par la plage et j’essaie d’accéder à l’étage supérieur qui a une pente étrange, comme celle d’un toboggan dans les centres aquatiques.  Après pas mal d’efforts, j’arrive à monter à l’étage et je me repose au bord du toboggan. Quand je veux me lever, je prend appui derrière moi et ma main attrape une béquille. J’entends quelqu’un qui marmonne et je prend peur.  Je me lève, récupère mon sac à dos et entre dans la première pièce venue. Une chambre avec au moins quatre lits superposés. Je m’installe dans l’un d’ex et m’endors.

A mon réveil, j’entends des voix d’enfants dehors, ou des ados, je pense que je suis ans une sorte de colonie de vacances. J’hésite à sortir, j’ai pas envie qu’ils me voient. Finalement, je suis dehors, à courir pour qu’ils ne me voient pas. Mais ils savent que quelqu’un est entré dans la maison et décident de partir à ma recherche. Je me cache dans des fourrés et commence à vider mon sac. Je remarque que je n’ai plus d’Iphone mais un autre téléphone qui se met à jouer la musique de One Piece. Je me dis qu’un des gosses a mon téléphone. Et j’attends que la hors de gamins à ma poursuite ne passent pour retourner dans la maison.

Les gamins arrivent, tous à vélo. L’un deux en conduit un assez bizarre, car il y a un mat et une voile blancs sur le sien. En plus de ses bras, il a une paire d’ailes. Il lâché le guidon et tente de faire fusionner ses ales et ses bras, mais n’y parvient pas. Finalement, je quitte les buissons pour me rendre à la maison.

Une fois là bas, je tombe sur une grande pièce agréable. Une femme de ménage en livrée finit de passer l’aspirateur avant de partir. Sur la droite, il y a la salle à manger, avant une dizaine de gamins autour d’une immense table qui prennent le petit déjeuner (pourtant j’ai toujours l’impression qu’il fait nuit, mais clair). Je devine des adultes, mais sans m’y intéresser. Au bout de la table, un homme, assez grand m’accueille avec un sourire chalereux et m’invite à m’asseoir à sa droite. On commence à discuter et

Je me suis réveillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *