Masques. La première fantasy de Patricia Briggs

Aralorn a renoncé à sa vie de fille de noble pour parcourir les routes en tant que mercenaire. Un jour, elle trouve un loup aux yeux dorés au fond d’un piège et le soigne. Elle, changeforme, et lui qui dissimule de lourds secrets derrière sa forme animale, deviennent inséparables. Quelques années plus tard, alors qu’elle s’interroge toujours sur l’identité de Loup, d’étranges et dramatiques événements se produisent. Tout semble désigner l’Ae Magi, l’homme incarnant la plus haute autorité magique de ce monde. Mais personne n’y croit. A part Aralorn et Loup.

A kind of magic

En finissant le livre j’étais assez sceptique. Incapable de dire franchement si j’avais aimé ou pas. J’avais la désagréable impression qu’il manquait un je ne sais quoi à ce livre, sensation d’autant plus inexplicable que je n’ai pas ressenti ça en lisant Alpha & Omega ou Mercy Thompson.

Mon conseil : lisez les introductions. Même si vous avez hâte de vous plonger dans le nouvel univers de votre auteur préféré. Lisez-les. Vous éviterez de vous retrouvez comme une andouille (moi) à comprendre après des heures de lecture que Masques, c’est tout bêtement le premier roman de Patricia Briggs, et que ce manque peut amplement se justifier. J’en profite pour précisez que Masques ne se range pas en bit-lit, mais en fantasy.

Nous suivons les aventures d’Aralorn, une héroïne douée dans ce qu’elle fait et qui n’a (presque) peur de rien. Consciente tant de ses talents que de ses limites, elle n’en reste pas moins une jeune femme intrépide, parfois imprudente et une conteuse très amusante. Bref pas l’une de ces demoiselles cucul-la-praline qui  donne des envies de meurtres. Son compagnon, Loup, dont on apprend que tardivement l’identité et l’histoire, est d’un naturel méfiant envers quiconque et peut être brusque et froid. Secret et toujours apte à se montrer aux autres sous son jour le plus sinistre, il mettra beaucoup de temps à s’ouvrir à Aralorn, et encore plus à accorder sa confiance au point de se reposer sur quelqu’un. En face, l’adversaire Geoffrey Ae Magi est un manipulateur de première catégorie, qui dissimule les atrocités qu’il comment derrière des sourires et une attitude avenante. Le genre d’individu qui vous fait dresser les cheveux sur la tête.

Comme je le disais, il manque quelque chose, et c’est dans l’écriture que ça se passe. Le style est un rien maladroit, certaines tournures de phrases sonnent bizarrement ou sont un peu compliquées. Il y a trop de descriptions à certains endroits et pas assez à d’autres. De fait, j’ai eu un peu de mal à me localiser dans le monde décrit par l’auteure (c’est moi où à part le nom des régions parcourues, ce continent n’as pas  de nom ?) De même, j’ai compris parfois difficilement les impressions, les sentiments et la psychologie des personnages. Leurs émotions amoureuses notamment, ne se manifestent pas comme on s’y attend (ceci dit ça ne m’a pas tant dérangée).

Malgré tout ça, j’ai bien ri. Parce que ce même manque de maitrise rend hilarant les échanges entre les héros, qui parviennent à discuter le bout de gros alors qu’un dragon de trois tonnes se trouve à moins de dix mètres, ou lors d’un moment qui devrait être tendu, arrivent à se faire des politesses pour savoir dans quel ordre les ennemis devront être massacrés. Et pourtant d’autres parties seront, elles,  vraiment remplies de suspense et prenantes. L’histoire est bien menée et cohérente. J’ai apprécié les créatures fantastiques du livre (à commencer par Aralorn). Ne cherchez pas de loups-garous il n’y en a pas, même si Loup a un charisme indéniable (et le caractère qui va avec la bestiole). Dommage par contre que j’ai eu du mal à comprendre l’utilisation de la maie…

Masques est donc l’oeuvre de jeunesse de Patricia Briggs et doit donc être prise comme telle, avec ses défauts, mai aussi ses qualités qui augurent du talent en devenir de l’auteure. Personnellement, je le prend comme un grand conte, drôle et entrainant, dont j’attends la suite avec impatience.

Pour faire court : les masques, ça intrigue plus que ça ne dissimule

Pour qui ? Ceux qui veulent voir Patricia Briggs toucher à un genre différent. C’est de la fantasy !

Si je veux la suite ? La date de sortie c’est loin !

 ★★★½☆ 

Masques / Patricia Briggs

Milady 2011

462 p / 7 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *