Les Schtroumpfs. Le blues d’Eien

Suite à une boulette du Schtroumpf Maladroit, Gargamel parvient à s’introduire dans le village alors que devait avoir lieu la fête de la Lune Bleue. Ce soir particulier voit entre autres, l’ouverture d’un passage entre les mondes. Pour échapper au sorcier, 6 petits êtres franchissent le portail et se retrouvent à Central Park, New York en 2011. Ils atterrissent dans la vie de Patrick Winslow, publiciste nerveux sous la coupe d’une patronne hystérique, et de sa femme Grace. Mais Gargamel les a suivi, décidé à leur voler la magie qui les anime.

Suicide neuronal de la semaine

Quand Cindy annonce qu’elle a génocidé un village de créatures bleues et que le Joueur du Grenier se la joue Apocalypse Now, en larguant des bombes au son de la Chevauchée des Walkyries, j’adhère. Ceux qui connaissent la Flanders Company et le Joueur comprendront. Pour les autres, rappelez-vous de ces moments maudits ou vos parents vous interdisaient de regarder le club Dorothée parce que c’était trop violent, et vous mettaient devant les Schtroumpfs sans savoir que cela vous lobotomisera pour le restant de vos jours.

Tout ça m’est revenu en mémoire pendant le film (sauf le club Do, ma mère préférait qu’on mate les Chevaliers du Zodiaque).

Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je l’ai dit, un block buster par nature, ne peut pas décevoir. Mais on est pas obligé de l’aimer. C’est le cas de ce film pour moi.

Visuellement, je n’ai rien à redire (à part que la 3D comme d’hab est inutile et que j’ai passé la moitié du film sans mes lunettes). Si je devais trouver des Schtroumpfs chez moi (Satan m’en préserve), je ne les aurai pas mieux représenté. Ils sont mignons et bien dans l’esprit de la BD de Peyo.

Mais le scénario… Passe encore le coup du vortex spatio-temporel et le choc des cultures – ces créatures ne tiennent pas en place ! – mais subir Gargamel qui monologue à tout va et le Grand Schtroumpf qui se la joue surprotecteur, c’est insupportable. Et ça dure 1h40.

Le film se joue à deux niveau de lecture, celui des enfants, qui comprennent juste ce qu’il faut pour savoir que l’univers est le même que celui des livres, et celui des adultes à qui on donne juste assez de blagues en dessous de la ceinture pour ne pas qu’ils aient l’impression d’avoir payé leur place pour rien.

A la limite, la Snhtroumpfette est supportable, et Grognon aussi…

Pour les enfants, ça passe sans souci, ils rient aux situations, sont à fond dans l’histoire. Pour eux l’histoire est tendre et mignonne. Pour moi qui suis pourtant bon public, je me suis surprise à apprécier d’avoir toute ma cervelle en quittant la salle.

Allez-y en famille en vous gavant de sucreries ou n’y aller pas. Mais ne me parlez plus jamais de ça !

A j’ai dit que pour la VF, ils n’avaient pas été foutus de traduire le noms du fils Winslow correctement ?

 

Pour faire court : des êtres bleus foutent le souk

Pour qui ? Les enfants ! SURTOUT les enfants

Si je veux la suite ? *Va brûler un cierge pour que l’idée n’arrive jamais aux scénaristes*

Tu l’as vu comment ? En 3D (inutile) et VF

 ★½☆☆☆ 

Les Schtroumpfs /  comédie d’animation de Raja Gonell

Sony Pictures 2011

1h44

Sorti le 3 aout 2011

Vu le 16 aout 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *