Insatiable

Meena Harper peut voir de quelle façon vous risquez de mourir. Un don qui lui pourrit presque autant l’existence que l’attribution du poste de  coordinatrice des dialogue du célèbre soap-opera Insatiable, confié à sa pire ennemie, la prétentieuse et opportuniste Shoshona. De plus, la production tient absolument à ce que de nouveaux personnages soient intégrés au show : des vampires ! Un comble pour Menna qui ne supporte pas les créatures de la nuit. Un soir, alors qu’elle promène son chien près de la cathédrale Saint-Georges, elle se fait attaquer par une nuée de chauves-souris. Elle croit sa dernière heure arrivée quand un mystérieux inconnu s’interpose et lui sauve la vie. Il s’appelle Lucien, et ce que Meena ne sait pas c’est qu’il est le Prince des Ténèbres, venu en personne à Manhattan pour enquêter sur les meurtres sauvages de jeunes femmes.

Mon vampire bien (mal) aimé

Quand on parle de Meg Cabot en bibliothèque, on adopte en général un air un rien condescendant en disant « bof c’est l’auteur de Journal d’une princesse, de la lecture facile, pas vraiment la peine de se prendre la tête avec. » Puis on achète ou pas en se disant que ce livre là en vaut bien un autre. On a tort.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour Insatiable et son héroïne Meena, cette presque trentenaire célibataire au passé amoureux chaotique et qui évolue dans un milieu de requins comme la télévision en compte tant. Son don pour prédire de décès des gens n’arrange rien à sa situation, même si elle fait de son mieux pour l’exploiter et qu’il n’empiète pas trop sur sa vie. Elle doit de plus composer avec son frère Jon, récemment licencié et qui squatte allègrement son canapé en attendant des jours meilleurs, et avec sa sympathique mais envahissante voisine, Mary-Lou Amanescu, une extravagante comtesse roumaine décidé à lui trouver un mari. C’est d’ailleurs lors de l’une de ces soirées où Meena allait à reculons qu’elle revoit son sauveur. Inutile de dire qu’entre eux, le courant passe plus que bien…

J’ai apprécié le style employé par l’auteur. Le découpage de l’histoire se faire en chapitres courts dont le début commence systématiquement par la date, l’heure et le lieu de l’action. Un détail qui rappellera au fans la série 24, de même que le nom du chien de Meena. L’écriture est fluide et parsemée de ces détails qui rendent une histoire vivante et encrée dans le réel. De la description du travail de Meena aux lieux (l’église Saint Georges existe vraiment :D) tout y est. Le lecteur appréciera d’ailleurs l’immersion dans le monde de la télévision.

Deux personnages vont rapidement graviter autour de Meena. Lucien Amanescu bien sûr, le Prince des Ténèbres venu en ville pour savoir qui met la discrétion des vampires en péril. Comme tout « vieux » vampire, il est fin stratège et n’aime pas trop que les choses ne se déroulent pas comme il l’entend. Il est beau et charismatique. Alaric, l’envoyé du Vatican, également venu enquêter pour les meurtres mais qui a bien l’intention de mettre le Prince à sa liste de trophées), a à peu près le même caractère, le côté obtus en plus exacerbé, ce qui peut le rentre aussi attachant qu’agaçant.

Difficile de ne pas faire le parallèle entre Insatiable et Dracula de Bram Stoker. D’ailleurs si vous n’aviez pas compris le rapport, les personnages se chargent de vous l’expliquer. La Roumanie, la ressemblance des noms entre Meena et Jon Harper et Mina et Jonathan Harker devraient déjà vous aiguiller, il y a encore pleins d’autres allusions à Vlad Tepes.

Agréable à lire, très drôle avec une galerie de personnages hauts en couleurs et une héroïne un peu hystérique et décidé à ne pas voir sa vie partir en sucette (enfin pas plus qu’avant), Insatiable est un sacré bon moment à passer. Je recommande tellement j’en suis mordue !

Pour faire court : comédie romantique mordante

Pour qui ? Ceux qui aiment les situations délirantes et romantiques

Si je veux la suite ? Il y aura une suite ! Overbite, j’ai hâte que ça sorte.

 ★★★★½ 

Insatiable  / Meg Cabot

Hachette Jeunesse – Black Moon

576 p. / 18 €

2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *