Eien et son ebook

Ca y est je l’ai… mon Précieux est arrivé ! Ceux qui pensent que mon Iphone est mon Précieux auront totalement raison, ceci dit, ce précieux-là va encore plus changer mon existence que mon smartphone.

De quoi je parle ? de CA !

Le reader Sony PRS-350 Pocket Edition.

Oula, j’en vois déjà qui crient « Ah ! La bibliothécaire est passée du côté obscur de la Force ! Elle préfère l’électronique au support papier ! » Rien du tout, mais avant de vous dire pourquoi j’ai fait cet investissement, je vais d’abord vous le présenter.

Le PRS-350 est tout fin et à la taille d’un livre de poche. Avec ses 155 g, il est plus léger que la plupart d’entre eux. Il dispose d’un écran tactile et d’une mémoire assez étendue pour contenir 1.200 livres, soit approximativement ma bibliothèque papier, mangas inclus. Il contient des dictionnaires français-anglais et dispose de 6 tailles de police pour le confort de lecture. Il permet de prendre des notes et d’organiser ses collections. Et il a une autonomie de 10.000 pages ou deux semaines complètes de lecture.

Tout ce que j’aime.

Ce que j’aime moins, c’est de ne pas pouvoir agrandir le menu comme le texte, un petit détail qui a son importance, surtout si je dois me servir du dictionnaire ou lire certaines instructions. De même, le fait que le Sony ebook-store soit en maintenance depuis que j’ai reçu la bête est agaçant. Agaçant mais pas ennuyeux puisque je peux toujours faire l’acquisition de mes livres via l’Apple Store ou Numilog, les plates-formes que je connaissais déjà.

J’ai associé à mon reader (on dit aussi une liseuse en bon français) une pochette de protection (Sony PRS-ACL35) de couleur bleue, avec une lampe LED intégrée qui marche à pile. Etant donnée qu’un reader n’est pas rétro éclairé (il a la luminosité d’une page de livre ordinaire), si vous souhaiter lire dans le noir, c’est l’idéal. Le poids de l’ensemble reste très agréable.

Maintenant, pourquoi l’ai-je acheté.

Déjà parce que je suis myope, une vraie Tortue ( Bouilloire apprécierait). Et il n’y a rien de glamour à devoir lire des livres avec sa loupe en public, en étant quasi certaine de se choper la migraine de l’année parce que l’éclairage est mauvais. De fait, une bonne partie de mes livres sont toujours en attente de lecture parce qu’ils ont des polices de caractère trop petites et que je dois me concentrer pour espérer les finir.

Ensuite, parce que même si je n’ai rien contre les livres en gros caractères, payé deux volumes d’un livre qui tient normalement en un seul, c’est un peu de l’arnaque… et de toute façon, il n’y a rien chez les éditeurs de livres large vision qui correspondent à mes gouts, même si l’intention est louable.

Donc, le reader s’est naturellement imposé à moi. J’ai patiemment attendu que la technique soit au point pour me décider. J’ai aussi attendu que l’offre en matière de fantastique s’étoffe (merci Bragelonne !). Et puis pour être honnête, les bibliothèques que j’ai achetées à Ikea il y a deux mois sont déjà pleines :D.

Quand j’ai fait mon DEUST métiers de la culture, j’avais fait un devoir en commun sur le sujet, et je trouvais déjà le concept intéressant. 10 ans plus tard, j’ai enfin pu en testé un, récemment au travail. le Cybook de Booken, mais il est bien trop fragile et n’agrandit pas assez, je m’en suis donc rendue à l’avis général et acheté un Sony, et j’en suis ravie.

Reste que si certains éditeurs font des efforts sur les prix des livres, d’autres se comportent encore comme des voleurs en faisant payer un livre électronique aussi cher que sa version papier, mais ça, c’est une autre histoire.

Et non, je ne suis pas passée du côté obscur. D’ailleurs pour moi, il n’y a pas Skywalker et le papier d’un côté et Dark Vador et l’électronique de l’autre. Je pense que l’ebook et le papier sont et seront complémentaires, avec des utilisations et des publics différents. Je crois aussi que ce support constitue une piste intéressante pour les médiathèques en mal de lecteurs. Ce n’est certes pas un objet abordable pour tous (même si on trouve des modèles moins chers que le mien)  mais il a sa place dans le paysage éditorial français (en espérant que les grandes maisons se dégèlent un peu de ce côté).

Bref, j’adore. J’adhère. Et je vais lire Légende de Gemmell.

Ebook Sony PRS-350 Pocket Editions: 179 €.

Pochette Sony avec lampe intégrée : 60 €

Merci à Exécutrice et à tous les forumeux de Vampires et Sorcières de m’avoir conseillée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *