Conan, film de barbare

Depuis la dernière grande guerre, les tribus barbares de Cimérie protègent les morceaux d’un masque maudit, afin qu’il ne soit jamais reconstitué. Mais un homme passe outre et va jusqu’au massacre pour cela. Sa dernière cible est un village, où, après avoir tué tout le monde, il laisse vivre le fils du chef. Des années plus tard, endurci et entrainé, Conan réclame vengeance.

BASTON !

Depuis que ce film est sorti, et que j’ai annoncé que j’irai le voir, j’ai eu le droit à « euh t’es sûre ? Non parce que bon… c’est Conan quoi ! » Oui c’est Conan, Conan le barbare, l’aventurier, héros magique du temps passé…. hum je m’égare là. Et je passe les tweets d’Allociné pour dire que le film est tellement mauvais qu’il se fait latter par les Schtroumpfs… Mais je suis du genre à juger sur pièce, donc… j’y suis allée…

Et, c’est vraiment un film de barbares. Y’a du sang après à peine une minutes de film – et franchement c’était dégoûtant. De là, je ne sais combien de litres de sang ont été versés,, de têtes fracassées contre des pierres, de corps tranchés. Bref, sur toute la première partie du film, c’est un charnier général… ça ce calme sur la fin, mais à peine, c’est juste qu’il y a moins de gens à massacrer.

Tous les stéréotypes du genre sont là. Du méchant bien méchant qui veut devenir un dieu, à la belle fille courageuse-mais-pas-trop bourrée d’à priori sur son entourage parce qu’ayant vécu dans un petit cocon protecteur et qui crie quand on a besoin de l’entendre. Et on a Conan. Un bon barbare en puissance qui tape, râle quand une femme parle trop et est capable de se rappeler qu’il peut prendre du bon temps entre deux génocides. On ne a pas lui demander de penser.

Dieu merci, j’ai échappé à la 3D, qui, comme je le démontrerai plus tard est une arnaque d’envergure.  Sans que tout soit à jeter, foncièrement il n’y a pas grand chose de positif là-dedans. Je pense que je lirai le livre (qui est ressorti chez Bragelonne youpi !). Pour beaucoup, le premier Conan le barbare, avec Arnold Schwarzeneggeret Grace Jones (1983) passe pour un chef- d’œuvre cinématographique à côté de celui-là. En passant, je crois que notre barbare aurait fait un malheur à Guantanamo…

Pour faire court : J’ai juste confirmé ma façon de jouer un barbare en JdR.

Pour qui ? Les barbares.

Si je veux la suite ? Y’aura pas de suite

 ★½☆☆☆ 

Canon / épopée barbare de Marcus Nispel

D’après l’oeuvre de Robert E. Howard.

Metropolitain Film Export 2011

1h52  / Interdit aux – 12 ans

Sorti le 17 aout 2011

Vu le 19 aout 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *