Les chroniques de Vlad Tod. Tome 1 : un secret bien gardé. Ou pas.

Vladimir Tod, 14 ans vit avec sa tante Nelly depuis le décès aussi brusque que mystérieux de ses parents, trois en plus tôt. Il va au collège, en pince pour l’une des filles les plus mignonnes de sa classe, se fait malmener par les brutes locales en raison de son physique… Une vie normale. Signe particulier : Vlad est un vampire. Et jusqu’à aujourd’hui, seuls sa tante et son meilleur ami étaient au courant.

(h)emo Boy

Well… On ne peut pas dire que j’ai été emballée par ce titre, lu en une journée au travail. Le personnage de Vladimir, sans être agaçant n’a rien d’exceptionnel pour un vampire. C’est d’ailleurs le cas de tout son entourage, qui maque d’épaisseur. Bien que l’auteure jongle entre le passé de son héros et le présent (les cours, les relations sociales…) on sent que tout ça est plus survolé qu’autre chose.  Sans avoir d’immenses défauts, Vlad n’a pas non plus de qualités transcendantes.

L’histoire est prévisible au possible, selon moi. A peine une scène d’action a t-elle commencé que j’ai pu en déterminé la conclusion avant d’y arriver, et je me suis rarement trompée. Vlad fouille dans le passé de ses parents pour mieux comprendre les événements du présent. Ceci dit, il réagit plus comme un ado normal que comme un vampire normal, ce qui est assez déroutant – même si un ado normal ne mange pas ses steaks bleus en suçant le sang de la viande et en laissant les fibres….

Dans ce livre, les vampires adultes se comportent comme on l’attend d’eux, sans surprise donc. La description qui en est fait n’apporte rien à ce qu’on sait déjà (reste donc à déterminer comment Vlad est né de l’union d’une humaine et d’un vampire…). Leur comportement et attitude peuvent laisser songeur, quand on apprend qu’il leur suffit d’un peu de crème solaire pour s’éviter une combustion spontanée au soleil… Et qu’ils ont inventé la Playstation !

C’est un classique. Quand j’ai lu un bon bouquin de vampires, le suivant, est forcément beaucoup moins bien (même si je ne cherche pas à faire la comparaison). Les chroniques de Vlad Tod est écrit dans un bon style, sans fioriture ni longueurs, mais n’a vraiment rien de transcendant. Si vous avez une après-midi à tuer, pourquoi pas, mais je ne pense pas que ça en vaille la peine. Sur le coup, le mot « chronique » est vraiment de trop.

Enfin bon, le livre n’est pas totalement à jeter, il m’a permis une conversation marrante sur Twitter et un débat passionné sur la procréation chez les vampires pendant ma dernière heure de travail… tout n’est pas totalement perdu :D.

 

Pour faire court : un vampire comme un autre

Pour qui ? les amateurs d’histoires vampiriques faciles.

Si je veux la suite ? Rien du tout !

 ★☆☆☆☆ 

Les chroniques de Vlad Tod / Heather Brewer

De la Martinière Jeunesse

2011 / 214 p.

11.90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *