[BD] Fugitifs sur Terra II

Bande dessinée de Cric, Laurent Vermon.

Dargaud. 2010

50 p / 10.45 €

 ★★☆☆☆ 

Depuis longtemps, les humains ont quitté la Terre polluée et surpeuplée. Dans l’espace, ils ont colonisé une nouvelle planète, rebaptisée Terra II, avec l’espoir de ne pas reproduire les erreurs du passé et de mener un vie plus saine. Mais ce vœu pieux est vite oublié à cause des tensions et de la cupidité. Dans la tourmente d’un coup d’état, la princesse Bathi doit quitter précipitamment son royaume, ainsi que Tiph et Pablo. Leurs points communs ? Ils sont ados et leurs parents ont disparu. Leurs différence ? Le caractère. Ce qui les unit ? L’envie de revoir leurs parents et Bakou Nine, un orang-outan génétiquement modifié doté de la parole et du savoir universel extrêmement convoité…

Comme un malaise

Je n’ai pas lu les deux premiers volumes mais je n’ai pas eu trop de mal à comprendre les tenants de l’histoire. Ce qui est soit rassurant soit inquiétant parce que cela implique que le scénario n’avance pas très vite. Nous nous retrouvons donc avec trois adolescents qui n’ont rien en commun si ce n’est d’être des descendants des Terriens et d’avoir perdu leurs parents. Bathi est une princesse peste et arrogante qui reste centrée sur sa petite personne sans s’intéresser aux dégâts qu’à fait son peuple non seulement à la planète qu’ils ont colonisé mais aussi aux habitants qui vivaient déjà là depuis des millénaires…. un parallèle avec les Indiens ou les Inuits ? Si peu… Tiph, l’autre fille du groupe est la blonde de service, toujours la première à semer la zizanie dans un groupe qui a besoin de rester soudé, rancunière et rarement aimable.  Pablo ne l’apprécie d’ailleurs pas des masses et le lui fait savoir, violemment si besoin est. Par contraste avec les filles, c’est le seul à évoluer dans ce volume…

Bien que le rythme soit là, on sent toujours que l’action a besoin de se mettre en place, étonnant après trois volumes durant lesquels les héros ont du cavaler. Entre deux hiatus sur l’écologie et les dégâts de l’homme sur la nature, on se demande quand même comment ils vont s’en tirer… Le fait que la fin du volume indique que le dénouement de l’histoire se ferait dans le quatrième tome me laisse perplexe car de nombreuses questions restent en suspens, notamment sur le coup d’état et la disparition des parents, sans compter les singes modifiés génétiquement…

Bref, je suis assez réservée quant à ce titre qui aurait mérité une meilleure exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *