[Manga] Cloth Road. Tome 1

Cloth Road / Hideyuki Kurata, Okama.

Kaze (Shonen Up), 2010

6.95 €

 ★★★★☆ 

La nanotechnologie a révolutionné la couture, rendant les câbles fins comme les fils et les puces électroniques légères comme le papier. Les « Designers » conçoivent des vêtements dans lesquels des mannequins devenus guerriers s’affrontent sur le podium du War King, une lutte aussi gracieuse que sans merci. Fergus est l’un de ces designers, encore en apprentissage. Mais son maître est gravement malade et le garçon doit rembourser les frais médicaux. Arrive dans sa vie Jennifer, sa sœur jumelle qu’il n’avait jamais vue. Elle lui propose de s’associer avec lui pour remporter le prix du War King.

Walk this way !

Voila un bon petit titre qui mérite d’être connu. L’histoire campe un univers auquel on est peu habitué, en tout cas pas en shonen manga : le monde des couturiers. Grâce à leur maîtrise des nouvelles technologies miniaturisées, ils sont devenus les piliers du monde, organisés autour de grandes marques. Ce qui n’a nullement empêché les inégalités de se creuser. Les riches sont simplement plus riches et les pauvres, toujours plus pauvres. Fergus en est un bon exemple, lui qui a grandi dans un bidonville. Ses rêves de gloire sont enfermés dans des cahiers de croquis et il doit supporter les brimades d’un maître qui a sombré dans l’alcool et d’un mannequin violent et égoïste. Il se voit déjà condamné à reprendre l’atelier du maître et à croupir là jusqu’à la fin de ses jours.

Fergus est donc un garçon qui sous ses airs arrogants est perdu et timoré dès qu’il doit agir par lui-même. L’arrivée brutale de Jennifer, son insouciante jumelle en apporte la preuve flagrante. Elle a hérité de tout l’optimisme qui fait tant défaut à son frère. Enthousiaste (inconsciente ?) à l’idée de faire le War King alors qu’elle ne sait pas se battre, elle balaie tous les « mais et si » du pessimiste Fergus qui ne se voit pas gagner alors qu’il a du talent. Il faudra au garçon de nombreux coups de pieds au derrière pour qu’il se décide enfin à prendre sa vie en main.

Des personnages qui sortent de l’ordinaire donc servis par un dessin dynamique et fouillé et une action bien dosée. Les facéties de Jennifer sur le podium détendent une ambiance qui sinon serait bien trop saturée par la mort. On se surprend à encourager cette débutante qui rappelle la Misaki d’Angelic Layer, et à vouloir coller des gifles à Fergus pour qu’il arrête de geindre. Pas le choix de toute façon, car au delà du War King, une certain nombre de révélations attend les enfants, sur la Cloth Riad, la route qui mène vers les villes les plus prestigieuses de la couture.

Cloth Road est donc une bonne aventure à suivre, pour ceux qui se sont lassés du shonen pour les petits et ont encore un peu peur de seinen. Puisque c’est la vocation de la collection Shonen Up de Kaze, on ne va pas bouder son plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *