Vamps Soeurs de Sang

Urban fantasy de Nancy A. Collins
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : Urban Fantasy et encore, j’en doute…)
Prix : 11 €

 ★☆☆☆☆ 

Lilith Todd a tout : richesse, pouvoir, popularité, petit ami et crocs. Dans le New York huppé, elle passe son temps entre ses amis aussi riches qu’elle et le lycée Bathory où elle affine ses dons. Un soir de chasse, sa meilleure amie meurt à cause d’une autre vampire capable de manier la foudre. Lilith cherche à se venger d’elle, sans savoir qu’elle recroisera Cally Mount sur les bans du lycée.

Pauvre petite fille morte.

Je peux l’avouer, je n’ai pas dépasser les 30 pages de ce livre et ait survolé le reste pour être certaine que je ne manquerai vraiment rien. Et je n’ai rien manqué. Des clichés sur les vampires m’as-tu-vu fashion victim aux crêpages de chignons entre filles, rien ne nous est épargné. Lilith et ses comparses sont aussi creux que les personnages d’un Gossip Girl  (et encore, je crois que c’est insultant pour cette série !). Lilith est blonde, belle et passe plus de temps à se vanter de ses talents et de ses acquisitions chez Prada qu’à se soucier du sens commun d’un vampire, à savoir vivre au milieu des humains et s’occuper de ses affaires.

« L’accident » qui voit arriver la mort de la meilleure amie de Lilith est du au simple fait qu’elle et ses amis se sont cru trop bons pour respecter les règles. Cally, celle qui l’a provoqué se pose comme une antithèse de Lilith, plus réfléchie et plus les pieds sur terre, mais n’a pas plus de caractère que sa rivale. Dans l’ensemble, les « ados » de ce livre sont tellement puérils qu’on a juste envie de les gifler rien que pour les mettre un peu de plomb dans la tête. Et on dit que la vieillesse fait mûrir ?

L’écriture est sans fioritures et met dans l’ambiance assez vite, l’auteure ayant même pris la peine d’inventer un vocabulaire propre à ce petit monde dont j’ignorai quelques termes. Surtout pris de l’allemand, qui sert de caution à l’ambiance gothique voulue pour le lycée. Mais bon, cela n’avait vraiment rien d’obligatoire… Je ne parle même pas des noms des personnages, clichés au possible (Lilith… pfff… Bathory… achevez-moi !). Quant à la célèbre famille Van Helsing, elle est réduite au rang de fanatiques illuminés chassant tout ce qui a les canines qui dépassent et me fait bien pitié…

Amateurs de vampires et de glamour, passer votre chemin, ce livre-là est juste bon à caler cotre cercueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *