0.4

61MmiC5HpzL._SS500_

roman de science fiction de Mike A. Lancaster
Editeur : Nathan (Blast)
2011/ 254 p. / 13.90 €
 

 ★★★½☆ 

C’est soir de spectacle à Millgrove. Kyle et Lily se prêtent avec un rien de méfiance à l’exercice d’hypnose que leur propose leur ami Danny, qui se voit déjà en faire son métier. Les deux adolescents montent sur scène avec deux adultes, Mr Peterson et Mrs O’Donnel. Alors qu’ils sont envahis par la transe hypnotique, le réveil est brutal. En effet quand ils ouvrent les yeux, ils se rendent compte que toute l’assistance est figée, ainsi que le millier d’habitants de la ville. Millgrove est coupée du monde. Ils sont quatre, effrayés et inconscients du bouleversement qui les guette.

Souvenez-vous…

Lorsque j’ai terminé ce livre, je suis partie voir ma responsable pour lui demander si la médiathèque pouvait acheter des substances illicites afin que je comprenne les délires que pouvaient avoir certains auteurs. Elle a bien rigolé, et m’a conseillé de m’en tenir au chocolat. Quelques tranches de saucisson plus tard, j’ai pu réfléchir plus calmement à ma lecture du jour. Car oui, je lai lu en une journée.

Kyle Strocker, 17 ans est un garçon intelligent, un rien immature mais pas stupide. Lily, bien que réfléchie peut se montrer extrêmement désagréable envers le premier. Kate O’Donnel est une femme douce et pragmatique, l’élément stable de l’équipe, contrairement à Rodney Peterson qui se montre très impressionnable. Ce quatuor improbable va devoir se serrer les coudes dans une ville dont ils ne reconnaissent pas les habitants, bien après qu’ils se soient « réveillés ».

Le livre est rédigé à la première personne, pour une raison très simple. L’histoire part de vieux enregistrements sur cassette audio, où l’on entend la voix de Kyle, racontant comment ce « phénomène » a perturbé sa vie et celle de ses compagnons. Les enregistrements sont donc transcrits dans ce livre. Un concept assez étrange en soit, surtout quand on se rend compte que le texte est entrecoupé de « notes » faisant référence à  des notions que nous connaissons tous par cœur (Coldplay, la télé réalité, la description des sentiments au sens figuré…) mais qui semble totalement échapper à celui qui a retranscrit ces cassettes sur ce livre.

Ce qui m’a le plus perturbée ce sont les raisons pour lesquelles Kyle et ses compagnons échappent à ce qui touche toute la ville (et qui justifie l’ajout de cannabis au prochain budget). Plus on avance dans le livre, plus un sentiment de malaise nous saisit, car on sent que ces changements sont inéluctables pour les héros. Ce qui arrive aux habitants de la ville est tellement énorme qu’on a peine à croire que cela se produise sans crier gars et se conclue aussi simplement. On ne sait pas comment ce phénomène s’est produit, c’est arrivé et il faut l’accepter. Point. L’auteur (le vrai !) expédie d’ailleurs l’explication finale avec un rien de désinvolture qui peut choquer.

Je sais que mon explication n’est pas très cohérente, ni complète, mais livrer plus d’éléments reviendrait à tout spoiler, et ce n’est pas mon but. 0.4 est une œuvre de science fiction plus ambitieuse que ce que l’on pourrait penser, à condition de prendre le temps d’y réfléchir. L’auteur y prend d’ailleurs une part inattendue, une mise en abyme assez vertigineuse qui achèvera de surprendre le lecteur. Il a d’ailleurs déjà prévu une suite, 1.4.

Cela reste un bon moment de lecture, pour qui accepte de se laisser mener par le bout du nez et ne cherche pas à trop anticiper. Ca ne sert à rien, la vérité est au delà de ce que pourriez imaginer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *